Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 23:14
Sur le principe de la demi-clé, le nœud de feston consiste en l’enroulement d’un fil de travail sur un fil conducteur.

Si on l’enroule toujours en répétant le même geste, on réalise le feston proprement dit.
Pour cela, il suffit de faire passer le fil de travail au-dessus du fil conducteur, puis au-dessous, et enfin repasser dans la boucle ainsi formée de bas en haut afin de passer au-dessus du fil de travail.
Lorsqu’on serre fortement les nœuds les uns à côté des autres, on obtient le feston traditionnel utilisé en
broderie.




Si on l’enroule en alternant le sens du nœud, on obtient un motif décoratif pour lequel, il n’est pas nécessaire de serrer les fils. Une fois le premier nœud réalisé comme expliqué plus haut, il faut recommencer, mais en passant en premier au-dessous du fil conducteur, au-dessus, puis dans la boucle de haut en bas en passant au-dessous
du fil de travail. Et ainsi de suite…



Si l’on reprend le sens du premier nœud, mais cette fois en alternant les deux fils de l’ouvrage, on obtient ce qu’on appelle une chaîne.
Tour à tour, les fils deviennent donc actif, puis passif en alternance.


Et enfin, si l’on reprend l’alternance du motif décoratif, en l’associant à l’alternance des deux fils, la chaîne devient de plus en plus complexe.

D’aucun associera ce dernier cas à certains colliers ras de cou en fils de nylon qui furent très à la mode, il y a quelques années.


Dans les trois derniers cas, plus le fil choisi sera
raide et plus l’effet sera joli !

Vous pouvez, comme toujours en macramé,
multiplier le nombre de brins pour chaque « fil », comme dans l’exemple ci-dessous.


Repost 0
Published by Agrafe - dans noeuds macramé
commenter cet article
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 14:01

Voici encore un nœud que vous avez déjà dû rencontrer.

Le nœud plat est une sorte de « signature » du macramé. Il permet de réaliser des barrettes et autres cordelettes, idéales pour faire des bandoulières de sac ou des petites ceintures, mais également des filets, lorsqu’ils sont en quinconce.

 

On le travaille sur une base de quatre « brins », chaque « brin » pouvant être un multiple de fils. En photos, le résultat avec 4 fils, puis avec 8 fils pris deux par deux, et davantage…

 


Les fils centraux sont fixes et deviennent conducteurs, ce sont les extérieurs qui travaillent.

 

Le nœud plat est constitué de deux demi-nœuds. Ces demi-nœuds peuvent être effectués dans deux sens différents.

 

S’ils sont réalisés successivement toujours dans le même sens, on obtient une corde en spirale. Dextrogyre ou lévogyre suivant le brin passant au dessous des brins porteurs.

 

 

 

S’ils sont réalisés en alternant le brin passant au dessus des brins porteurs, on obtient une barrette plate.

 

Pour réaliser un demi-nœud plat, il faut que le brin de droite passe sur les deux brins conducteurs puis sous le brin de gauche. Ce dernier passe ensuite au dessous des brins conducteurs et passe de bas en haut dans la boucle de droite (formée par le brin de droite).

 

Pour réaliser un nœud plat, il faut réaliser deux demi-nœuds plats successifs, le premier étant dans le sens expliqué ci-dessus et le second dans le sens contraire. C’est-à-dire en faisant passer le brin de droite sous les brins porteurs, et ainsi de suite.

 

Lorsqu’on ne fait qu’un seul nœud plat (donc deux demi-nœuds successifs alternés), il « regardera » à gauche ou à droite suivant le choix du brin de dessous du premier demi-nœud. Pour un travail régulier, attention donc à toujours faire les nœuds plats dans le même sens, à moins que l’on ne choisisse de les alterner volontairement.

 

Pour faire des résilles de nœuds plats, il faut changer de brins porteurs entre chaque rangée de nœuds. La résille sera d'autant plus lâche qu'on laisse une grande longueur de fil entre chaque nœud.

Repost 0
Published by Agrafe - dans noeuds macramé
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 15:38

Les aficionados de bracelets brésiliens connaissent bien les demi-clés.

Ce type de nœud permet de réaliser des baguettes serrées pour former des lignes. Il s’agit simplement de successions de nœuds simples autour d’un brin tendu, réalisés dans un ordre particulier pour qu’ils ne se défassent pas.

 

Le fil tendu donne la direction. Il est appelé fil conducteur. Il doit toujours être placé au dessus des fils de travail.

Il peut s’agir d’un fil ajouté à l’ouvrage que l’on place comme le fil porteur.

 

 

 

Ou bien d’un fil de travail comme les autres qui change d’affectation. C’est ce dernier cas qui est utilisé pour les bracelets brésiliens. Il peut ainsi faire des zigzags ou des obliques, et former ce qu’on appelle des motifs en v ou en toit, permettant la création de croix ou de losanges lorsqu’on les assemble. En voici quelques exemples :

 

 



Pour réaliser une demi-clé, il faut faire deux nœuds successifs avec le même brin. Les demi-clés se réalisent aussi bien à gauche qu’à droite suivant la direction que l’on souhaite donner à sa baguette. Pour cela, il suffit d’inverser le mouvement des croisements de fil et donc la main qui travaille.

 

Vers la droite,

autour du fil conducteur maintenu fermement tendu dans l’axe de la direction choisie,

on enroule le premier brin de gauche des fils de travail, en passant son extrémité sous le fil conducteur du haut vers le bas, puis à gauche du début du fil de travail.

Ce premier nœud n’est pas fixé, c’est la tâche du second. Pour cela, il suffit de refaire exactement le même geste avec le même brin en le plaçant à droite du premier nœud. C’est simplement le fait de coincer le fil de travail entre les deux nœuds qui le bloque.


On recommence, ensuite, avec le brin de droite suivant, et ainsi de suite.

 


Il faut toujours bien faire attention à ce que ce soit le fil conducteur qui soit le plus tendus (les demi-clés ne doivent que s’enrouler autour), les mains ayant la fâcheuse manie de préférer tendre plus fortement le fil de travail ! Sachez que pour éviter le problème, on peut décider de n’utiliser qu’une seule main pour réaliser les nœuds, l’autre restant occupée à tendre le fil conducteur. Une bonne manière de développer les connections des neurones de notre cerveau, car on développe ainsi notre ambidextrie. Et c’est toujours moins cher qu’un jeu DS !

 

Lorsqu'on utilise un fil de travail en tant que fil conducteur, il suffit de le faire passer au dessus les fils de travail et de faire des nœuds tout autour. Ici, je lui ai donné une orientation diagonale vers la droite.


 

 

Repost 0
Published by Agrafe - dans noeuds macramé
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 14:43

Pour fixer les fils de travail sur le fil porteur, on utilise le nœud en tête d’alouette.

Pour cela on plie en deux le fil de travail et on glisse la boucle formée par le milieu sous le fil porteur, avant de faire passer les extrémités coupées du fil de travail dans la boucle et de serrer.

 



Il sera différent suivant la manière de faire passer la boucle sous le fil porteur. Dans l’exemple en photo, elle est glissée de haut en bas. Si l’on passe de bas en haut, le nœud est inversé.

Attention donc, lorsque l’on réalise son ouvrage à toujours rester dans le même sens. Rien n’empêche, cependant, d’alterner volontairement les deux sens d’une manière régulière, pour complexifier le résultat !

Repost 0
Published by Agrafe - dans noeuds macramé
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 14:29


Alors que nombre de personne restent attachées à un style bien précis, j’ai la fâcheuse manie de craquer pour la diversité. Mon rêve serait de posséder une maison gigantesque dans laquelle chaque pièce permettrait de pénétrer dans un autre pays ou une autre époque…

 

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai totalement adhéré au macramé et son aspect ethnique, primitif et naturel. Toutefois, il ne faut surtout pas le cantonner à ce genre, car, grâce aux nombreux fils dont nous disposons à l’heure actuelle, la technique permet des merveilles, aussi modernes que possible. Que ce soit en matière de bijoux, de décoration ou même de vêtement. À ce propos, j’ai souvenir d’un superbe défilé de Delacroix qui avait demandé à une spécialiste de confectionner un bustier en macramé qui m’avait fortement marqué. Un jour j’essaierai…

 



Le macramé est une technique d’enchaînement de nœuds qui permettent un tissage qui peut-être très régulier (pour une assise de chaise, un hamac, un sac filet…), ou former une dentelle complexe, malgré des nœuds relativement peu variés.

 

Pour débuter, il faut se confectionner un plateau de travail dans lequel piquer les épingles qui maintiendront les fils porteur et conducteurs.

Je suis pour la récup’ et la facilité de transport : j’aime travailler au jardin ou sur la plage sans avoir à trimballer un attirail digne des commandos de para !

Pour réaliser le plateau, il faut assembler deux plaques de carton ondulé dans un format correspondant à l’ouvrage choisi. On les maintient ensemble avec un large ruban de masquage pour peintre.

 

Il existe 2 types de plateau suivant le travail que l’on souhaite réaliser.

 

Dans le cas d’un ouvrage à plat (rideau, bijou, décors de coussin…), il doit être plus large que le travail, afin de fixer avec des épingles les deux extrémités du fil porteur sur lequel l’ouvrage débute.

 

Dans le cas d’un ouvrage « circulaire » (comme un sac), il doit être de la largeur exacte de l’objet fini. Dans ce cas, je préfère assembler davantage de cartons pour facilement figurer la largeur du sac. C’est ce dernier cas que je vous propose de découvrir dans mon premier exemple. À suivre dans mes prochains posts.

 

Il est tout à fait possible de ne pas utiliser de plateau et de travailler directement sur le support choisi. Par exemple sur une carcasse d’abat-jour qui sera décorée par une dentelle de coton écru en macramé.

Ou bien en maintenant une extrémité de l’ouvrage sur une poignée de porte lorsque l’on confectionne une cordelette ou une fine ceinture avec une succession de demi-nœuds plats / carrés ou de chaîne.

 

Repost 1
Published by Agrafe - dans noeuds macramé
commenter cet article

Tirez La Chevillette...

  • : Agrafe et fanfreluches
  • Agrafe et fanfreluches
  • : Mes doigts fourmillent d’envies créatives à partager (couture, broderie, crochet, déco, bijoux…), je ne sais plus m’arrêter. Venez vous faire contaminer !
  • Contact

Rechercher

Archives

EXPO-VENTE

*********************

Découvrez ma boutique en ligne Âme Camélia sur ALittleMarket.

banniereamecamelia.jpg

*********************

Si vous voulez suivre les making of des créations que je destine à la vente ou mes coups de coeur, venez visiter mon autre miniblog

aylamilly.over-blog.com

*********************

 

... Et La Bobinette Cherra.