Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 12:51

Pour bien débuter en mosaïque, rien de tel que l’utilisation du grès cérame, aussi appelé mosaïque romaine. Il est teint dans la masse, parfaitement identique sur ses deux faces, ce qui permet d’utiliser les morceaux dans les deux sens, et surtout, il est très facile à découper et moins cher que les pavés émaillés ou de verre.

Ses couleurs sont douces et harmonieuses, ce qui donne une belle unité au travail.


Les carrés se découpent avec une simple pince à mosaïque basique.

Il faut l’utiliser dans le bon sens. Le côté utile est le plat.

 

En maintenant le carré dans la main gauche entre le pouce et l’index, on pince au milieu du carré, mais tout au bord droit. N’hésitez pas à rester le plus au bord possible, la découpe en sera facilitée. N’ayez pas peur de vous faire mal aux doigts gauches, vous ne risquez rien, il faut juste tenir fermement le carreau.

La découpe se fait dans l’axe de la pince. On obtient deux rectangles. Que l’on découpe de la même manière chacun en deux carrés, eux-mêmes en deux rectangles, puis en mini-carrés.

Chaque forme obtenue au fur et à mesure est évidement utilisable telle quelle en fonction du modèle choisi.

Dans le but d’éviter les éclats indésirables dans votre salon, vous pouvez employer un sac plastique dans lequel vous découperez les pavés.

Il arrive que la coupe ne soit pas bien droite et c’est tant mieux, car les morceaux irréguliers permettent de bien suivre les angles du dessin choisi. Toutefois, on peut avoir besoin de triangles supplémentaires. Dans ce cas, il faut positionner le carré comme un losange, et pincer sur le sommet droit.

Pour obtenir le morceau idéal afin de remplir les derniers interstices lorsqu’il ne rentre pas parfaitement, il faut le rogner doucement avec la pince.

 

RÉALISATION DU PLATEAU

 

Comme motif, j’ai choisi d’utiliser celui que j’avais imaginé pour une grille de point de croix (ici), tout en en adaptant les ombres.

Il faut le reproduire au crayon sur le plateau de bois, à main levée si vous êtes habile ou avec un calque.

 

On dépose ensuite une trainée de colle PVA en suivant le tracé, puis on dépose peu à peu les mini-morceaux de mosaïque, couleur après couleur en les espaçant régulièrement.


On débute toujours par les motifs centraux pour ensuite les entourer avec la couleur du fond. Pour déplacer les morceaux, il suffit de presser dessus légèrement. Dans les endroits difficiles, pensez à une vieille pince à épiler.

Si la colle déborde, il faut l’ôter avec un cure-dent, car elle empêcherait de déposer le joint correctement.

 

Dans mon modèle les fleurs ont un cœur rond. Voici comment procéder. Tout d’abord, il faut fabriquer un rond un peu plus petit que la taille voulue. On découpe avec la pince les sommets d’un pavé et l’on rogne petit à petit ses contours pour l’arrondir.

Il ne reste plus qu’à le découper en trois bandes, elles-mêmes découpées en trois ou quatre morceaux. Pour ne pas les mélanger, je vous conseille de couper bande par bande, puis de la coller, avant de vous occuper de la suivante.


Voici le résultat final, il ne reste plus qu’à jointoyer (cf. ici) ! Je pense utiliser un joint clair pour faire ressortir le dessin, en atténuant le fond plus sombre.

Si votre plateau est de belle qualité, vous pouvez appliquer un vernis, mais s’il possède des défauts, mieux vaux le peindre dans une teinte assortie !

Repost 0
Published by Agrafe - dans Mosaïque
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 19:16
Petite leçon technique pour les novices attirés par la mosaïque.
Si vous avez entrepris la réalisation du miroir simplissime expliqué ici, il ne vous reste plus qu'à appliquer le joint pour que vous puissiez vous mirer dans votre œuvre !

Il existe de nombreuses teintes de joints pour carrelage dans le commerce. Toutefois, il est très facile de créer sa propre couleur de ciment à partir d’une base claire. Acheter de petits pots de poudre pour joint précoloré présente l’avantage de ne pas avoir de mauvaises surprises une fois le séchage terminé. Je préfère cependant économiser en colorant moi-même, avec de la peinture acrylique, un simple joint pour carrelage vendu dans les grandes surfaces de bricolage.
J’ai choisi une teinte ivoire. On peut ainsi l’utiliser telle quelle, car un joint passe-partout est très souvent préférable pour ne pas atténuer l’effet produit par la mosaïque elle-même. De plus, le colorer dans une grande gamme de teintes est également facilité, car il ne modifie que peu la couleur désirée. Il faut également savoir que la teinte obtenue avec de l’acrylique va changer au séchage, en s’atténuant.

Tout d’abord, protégez votre table avec un grand plastique.

Pour obtenir la bonne consistance, il faut mélanger dans un récipient quatre ou cinq cuillérées de ciment pour carrelage avec un peu d’eau. Il faut ajouter celle-ci peu à peu pour ne pas rendre la solution trop liquide. Vous devez obtenir une pâte ressemblant à de la crème fraîche épaisse. Il faut bien mélanger pour éliminer le plus possible les grumeaux, mais surtout pour bien répartir les pigments jaunes du ciment ivoire.

Étalez une bonne couche de ciment liquide sur votre miroir sans avoir peur de déborder.


À l’aide d’une esthèque en caoutchouc, étalez le joint en appuyant pour le faire pénétrer dans les interstices. Répétez votre geste dans toutes les directions, et pensez aussi aux tés du miroir. Ne cherchez pas à éliminer l’excédent, car lorsque le ciment va commencer à sécher, il se rétractera et il faudra alors combler une nouvelle fois les joints. Faites la chasse aux bulles d’air en croisant les mouvements.





Laissez reposer votre mosaïque une demi-heure, avant de recommencer à étaler avec l’esthèque. À ce moment, vous pouvez doucement éliminer le surplus, sans trop insister.




Attendez deux ou trois heures, jusqu’à ce que le ciment « farine ». Puis, faites les finitions en passant délicatement une éponge humide sur les carreaux, afin de parfaire les joints. Il ne faut pas les délayer, juste rectifier leur tracé, s’ils masquent une partie des tesselles. Nettoyez, les bords du cadre avec parcimonie : il est plus facile de gratter les derniers défauts, que d’être obligé de recommencer à jointoyer !
Ne vous inquiétez pas de l'irrégularité des pavés de verre et des joints, une mosaïque digne de ce nom ne doit pas paraître industrielle. De plus, il existe une technique de pose particulière pour obtenir une surface la plus lisse possible, qui se travaille à l'envers.


Attendez, le lendemain, pour grattouiller les petits détails et les bordures.

COLORER SON JOINT

Une fois que la crème de ciment possède la bonne consistance, préparez
dans un second récipient un mélange de peintures acryliques pour obtenir la teinte de votre choix. Elle doit être dans une nuance plus foncée que ce que vous souhaitez au final. Ajoutez, petit à petit, l’acrylique au ciment pour atteindre la couleur désirée. Au séchage, elle va éclaircir encore davantage. N’hésitez pas à faire une plus grande quantité de joint que nécessaire, pour ne pas en manquer : retrouver exactement la même couleur risque d’être mission impossible !




Déposez votre joint, comme expliqué plus haut.







Pour une finition uniforme, vous n'êtes pas obligé de nettoyer parfaitement les côtés du miroir. En effet, l’aspect cérusé obtenu est assez sympathique !

L’ultime finition du mosaïste donnant toute son unité au travail n’a désormais plus de secret pour vous !



Repost 0
Published by Agrafe - dans Mosaïque
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 22:27

Faire de la mosaïque demande une certaine expérience pour découper les carreaux selon ses désirs. Mais il est tout à fait possible de réaliser de très belles choses, sans se compliquer la vie avec des pinces récalcitrantes !

 

Il existe de magnifiques carreaux en pâte de verre aux multiples effets que l’on peut utiliser tels quels pour décorer cadres et miroirs rectilignes.

 

J’ai l’habitude de me fournir dans l’antre parisienne (et Nantaise) des mosaïstes : Championnet carrelages (http://web.champion-mosaic.eu/). Elle recèle toutes sortes de tesselles, plaques de verre coloré à découper, galets émaillés ou naturels, ainsi que le matériel essentiel pour réaliser ses rêves les plus fous. L’avantage est de pouvoir choisir chaque tesselle. Ainsi, si vous ne voulez pas être pris de la même frénésie d’achat que moi à chaque fois que j’y mets les pieds, venez avec un modèle bien précis en tête, avec cotes et couleurs bien définies !

 

Le miroir que je vous propose de réaliser est un cadre de 25 cm de côté, avec des bordures de 8 cm de large. Ce format permet de disposer des petits carrés de pâte de verre de 1,5 cm de côté, sans découpe, joints compris.

 

Le motif se découpe en deux éléments graphiques différents, chacun reproduit quatre fois.

Le premier est un carré de cinq pavés sur cinq.


Le second est un rectangle de cinq pavés sur six, accolé au premier.

 


Tout d’abord, il faut positionner les pavés sur le cadre pour définir le dessin général. Pour cela, on commence par réaliser les quatre angles (motif 5 sur 5). Chaque angle est rigoureusement identique.

Pour les fixer sur le support, il faut reproduire le motif à côté du cadre. Ensuite, on dépose des filets de colle rectilignes (colle blanche PVA valable pour la céramique) qui suivent le quadrillage du futur motif. Il n’est pas nécessaire d’étaler la colle, car cette opération s’effectuera d’elle-même lorsqu’on pressera sur les tesselles pour qu’elles adhèrent. En revanche, il faut veiller à ne pas mettre trop de colle au risque qu’elle déborde des tesselles et remplisse l’espace destiné aux joints. Si cela arrivait, il faudrait enlever l’excédent avec un cure-dent.

 

Pour commencer, il faut positionner le pavé de verre du sommet de l’angle en le collant au plus près du bord sans qu’il ne dépasse. Puis, on place celui correspondant au sommet du miroir. Il faut absolument que ses bords soient dans le prolongement des droites formées par les côtés du miroir (cf. photo).


On place ensuite les pavés dans le prolongement de ces deux premiers, pour former un carré, en veillant bien à garder un espace le plus régulier possible entre les tesselles.

 

Si vous êtes très minutieux, vous pouvez remplir l’intérieur du carré avant que la colle ne soit sèche. Je vous conseille, cependant, de préférer refaire la même opération pour les trois autres angles, avant. Cela permet à la colle de commencer à figer.

Si vous avez besoin de déplacer légèrement une tesselle, faites-la glisser sur le côté en appuyant dessus tout en douceur.

 

Une fois les angles terminés, attendez une petite heure que la colle prenne bien, avant de vous atteler aux rectangles centraux (motif 5 sur 6). Pour ceux-ci, il faut juste faire attention aux deux bordures pour qu’elles soient les plus jointives possible au rebord.

 

Attendez le lendemain pour poser le joint. À ce propos, je consacrerai un post indépendant sur le sujet, pour vous montrer comment créer un joint de la couleur de votre choix, pour un prix raisonnable.

 

Grace à son quadrillage, ce type de cadre est déclinable de nombreuses façons. Que ce soit géométrique, comme expliqué ici, dégradée, uniforme (si vous optez pour une seule couleur de pavé) ou bien plus ou moins aléatoire comme dans l’exemple ci-dessous, une fois encore, vous pouvez vous éclater ! Pensez à faire plaisir à vos amis, avant de vous lancer dans la réalisation de plateaux, de tables ou de crédences… C’est si facile que vous ne saurez plus vous arrêter !

 

 

Repost 0
Published by Agrafe - dans Mosaïque
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 11:23


Les beaux jours arrivent peu à peu. Il me vient l’envie de reprendre ma pince à mosaïque pour travailler dans le jardin. Le moment venu, je vous expliquerai comment utiliser cet outil, permettant de reproduire toute sorte de motifs aussi bien figuratifs qu’abstraits. Il existe de nombreuses techniques plus ou moins complexes, mais le débutant peut très facilement créer des merveilles avec peu de moyens et juste un soupçon de patience… Le plaisir régressif du puzzle n’y est sans doute pas pour rien !

 

Mais, pour l’instant, je vais vous expliquer comment réaliser un joli miroir en quelques heures seulement.

 

Pour cela, il vous faut :

1 miroir (carré, ou rectangulaire) à large bordure (brut ou déjà coloré dans la couleur de votre choix)

De la peinture acrylique (si vous devez repeindre le cadre)

Des « galets » de verre pour mosaïque de formes et couleurs assorties

Des petits pavés de mosaïque en verre aux rebords arrondis (les simples carrés de verre ne conviennent pas, car leurs côtés irréguliers et tranchants sont destinés à être pris dans le ciment de jointure.)

De la colle PVA (colle blanche tout support : il n’est pas nécessaire d’acheter de la colle pour mosaïque, il suffit juste qu’elle soit adaptée pour coller la céramique et le verre.)

 

Tout d’abord, il faut peindre le cadre avec la peinture acrylique s’il n’est pas déjà tout prêt.

Si celle-ci provient d’un pot de peinture, on peut l’appliquer directement avec un pinceau plat en veillant bien à la tirer. Pour garder les veines du bois, si le cadre est dans cette matière, vous pouvez penser à utiliser de la lasure. Préférez toujours une peinture satinée qui pardonne mieux les défauts.

 

Si la peinture vient d’un tube pour artiste peintre : il faut la diluer légèrement en la mélangeant avec soin pour qu’elle ne fasse pas de pâtés lors de l’application. (Pour information, la peinture acrylique ne devrait jamais être diluée à l’eau mais dans un médium acrylique. Ce dernier permet de bien lier les chaînes des molécules, alors que l’eau les déstructure. Évidement, dans la pratique l’eau est bien suffisante.)

Pour protéger votre miroir, n’hésitez pas à ajouter une ou plusieurs couches de vernis incolore satiné.

Les perfectionnistes n’oublieront pas de passer légèrement un papier de verre à grain fin pour éliminer tout défaut originel du cadre !

 

Après avoir laissé séché le cadre, disposez les galets aux quatre coins du miroir en faisant des motifs pas forcément symétriques. Puis collez-les en posant un gros point de colle au milieu de chacun. Veillez à ne pas trop mettre de colle pour, qu’au moment ou vous appuyez pour bien faire adhérer le galet, elle ne s’échappe pas tout autour. Auquel cas, il faut rapidement essuyer l’excédent avec un coton-tige sans trop l’étaler. Repassez un autre coton-tige mouillé pour ôter les dernières traces de colle.

La colle devient incolore, mais reste toutefois visible en lumière rasante.

 

Une fois les galets bien fixés, dessinez des courbes à votre convenance avec les petits pavés de verre tout en gardant une distance égale les uns par rapport aux autres.

En faisant attention de ne pas faire bouger l’ouvrage, collez-les, courbe par courbe. Pour cela, décalez-les légèrement sur le côté et tirez un trait de colle en suivant la ligne qu’ils délimitent. Puis reposez-les un par un sur la colle. (Si vous avez choisi un large espacement entre les pavés, il vaut mieux les coller un par un pour que la colle ne soit pas visible au final.)


 

Lorsque vous imaginez le cheminement de vos pavés, et si votre cadre n’a pas d’attache murale prédéfinie, pensez que vous pouvez tout aussi bien le disposer en losange : originalité garantie !


 

Repost 0
Published by Agrafe - dans Mosaïque
commenter cet article

Tirez La Chevillette...

  • : Agrafe et fanfreluches
  • Agrafe et fanfreluches
  • : Mes doigts fourmillent d’envies créatives à partager (couture, broderie, crochet, déco, bijoux…), je ne sais plus m’arrêter. Venez vous faire contaminer !
  • Contact

Rechercher

Archives

EXPO-VENTE

*********************

Découvrez ma boutique en ligne Âme Camélia sur ALittleMarket.

banniereamecamelia.jpg

*********************

Si vous voulez suivre les making of des créations que je destine à la vente ou mes coups de coeur, venez visiter mon autre miniblog

aylamilly.over-blog.com

*********************

 

... Et La Bobinette Cherra.