Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 20:00

scrapbijouds01

Regardez ce que je me suis amusée à faire cet été : de petits bracelets rigolos pour profiter des beaux jours. Ils ne sont pas d'une solidité immortelle, mais si on ne les trempe pas dans l'eau, ils résistent très bien à l'aventure.

scrapbijouds02Comme quoi le scrapbooking permet de nombreuses choses surprenantes ! Laissez-moi vous montrer comment détourner les embellissements utiles à vos pages pour en faire de petits bijoux colorés !

scrapbijouds03

Je me suis offert quelques rubans, attaches parisiennes décoratives, feutrines et morceaux de strass autocollants, ainsi que de quoi former un fermoir réglable, pour me lancer dans leur confection…

scrapbijouds04

Tout d'abord il faut créer la base en coupant un morceau de ruban assez solide de la taille de son tour de poignet. Ensuite, on plie une extrémité en trois comme si on l'enroulait : la partie décorée du ruban se trouvant à l'extérieur. On replie donc un tiers sur le milieu, avant de replier le dernier tiers au-dessus. Puis, on glisse le tout dans une attache à bijou spéciale ruban, dont on replie un côté en l'écrasant fortement avec une pince plate, avant de replier le second côté.

scrapbijouds05

Il ne reste plus qu'à y fixer un anneau et un minimousqueton d'un côté. Et de recommencer à l'autre extrémité du ruban avec la petite chaîne du fermoir.

scrapbijouds06

scrapbijouds07

Une fois la base du bracelet achevée, on peut y fixer divers éléments. Pour être bien certain que les feutrines tiennent bien, il faut les perforer, ainsi que le ruban, et y glisser une attache parisienne. Faites attention que les branches de cette dernière soient bien masquées par le ruban ou la feutrine, et écraser-les bien pour ne pas qu'elles irritent la peau.

scrapbijouds08

N'hésitez pas à utiliser des fleurs de scrapbooking en papier ou en tissu, elles sont bien assez solides pour ne pas risquer de se déchirer !

scrapbijouds09

Ajoutez aussi de petits rubans solidement noués auxquels vous pouvez ajouter des morceaux de strass pour un côté encore plus girly. Il n'est pas nécessaire de coller les rubans si vous faites un double nœud.

scrapbijouds10

scrapbijouds16.jpg

Et voilà un premier modèle simple mais tout mimi !

 

Vous pouvez aussi commencer directement par une succession de nœuds

scrapbijouds11

Avant d'ajouter les embellissements fixés par l'attache parisienne !

scrapbijouds12

En plus de cette petite chouette qui me plaisait trop, je vous présente toute ma petite série qui vous donnera peut-être des idées !!

scrapbijouds13

scrapbijouds15


 


Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 22:00

perlespapierds01

Je me suis lancée dans une série de réalisation de perles personnalisées de grosse taille, histoire d’avoir un peu de choix pour imaginer sautoirs et bracelets fantaisie… Former des perles de Fimo en millefiori demande pas mal de temps, si bien que je me suis demandée s’il n’était pas possible de simplement les décorer en y collant du papier avec de beaux motifs. Mon idée vient des petites boîtes œufs de Pâques de mon enfance où s’épanouissaient des lapins anthropomorphes.

Cette première tentative n’est pas d’une totale perfection, mais j’apprécie toujours ce qui fait manuel, plutôt que la perfection des objets manufacturés. Peut-être aurez-vous un sentiment identique, et tenterez-vous l’expérience ?

Comme dans mon précédent post, j’utilise une base solide. Ce sont les mêmes perles grossières de Fimo, mais là encore vous pouvez utiliser des perles de bois. Je me suis même questionnée sur l’usage de boules de cotillon, mais j’ai peur que leur souplesse soit trop importante…

Pour le papier je suis tout simplement allée photocopier (laser couleur) des feuilles décoratives destinées au scrapbooking. Cela permet de les économiser, tout en obtenant un papier plus fin et donc plus souple. Mais les papiers cadeau devraient faire des merveilles. Pour mon second essai, j’ai tenté les fines feuilles de soie Décopatch (ou de Stylpatch). Il faut cependant faire attention à leur transparence, ainsi qu’à leur maniement plus compliqué une fois encollées.

perlespapierds07

La première étape consiste à découper une bande dans le papier. Sa largeur est déterminée par la distance séparant les deux côtés de l’orifice.

perlespapierds02

On enroule ensuite la perle dans la bande et on coupe celle-ci à 3 mm du recouvrement pour être bien certain de ne pas avoir un manque.

perlespapierds03

La perle placée au milieu de la bande, on marque la partie correspondant à la circonférence la moins bombée (cf. points noirs sur la photo ci-dessus).

On incise alors des deux côtés sans aller dans la bande délimitée par les points, pour former de nombreuses petites franges.

perlespapierds04

À l’aide d’un pinceau brosse fin et de vernis-colle à serviette (ou de colle à prise assez rapide), on enduit la face blanche avec délicatesse.

Puis on applique la partie non incisée tout autour de la perle en la centrant le mieux possible.

perlespapierds05

En dernière étape, on replie en spirale les franges, tout autour des trous.

perlespapierds06

Laissez sécher, et, pour un effet et une protection maximale, déposez une ou deux couches de vernis de bonne qualité.

Il faudrait que je tente l’expérience en imprimant de petits dessins personnels, ce pourrait être rigolo…

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 22:45

perlestisseeds01

Pour créer ses colliers et autres grigris de sac et porte-clés, on manque parfois de perles en parfaite harmonie avec ses couleurs. Ou tout simplement, elles sont hors budget dans le commerce. J’ai craqué pour les grosses perles recouvertes de rocailles. Il en existe de très sophistiquées, tissées avec les parfaites Delicas, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de m’y essayer. Pour aller plus vite, et sans trop d’opérations complexes, je vous propose d’essayer de recouvrir des perles quelconques de rocailles scintillantes…

perlestisseeds02

Comme support, vous pouvez utiliser des perles de bois pourvu que leur trou soit très large. Pour ma part, j’ai utilisé un boudin de pâte Fimo que j’ai parfaitement calibré avant de le découper en tronçons d’égale largeur. Chaque morceau a été ensuite roulé dans les mains pour en faire une belle boule que j’ai perforée avec une aiguille. Prévoyez un trou large car il va un peu se rétracter à la cuisson (au four 30 minutes à 110 °). Cette méthode permet de choisir la couleur de base qu’il est impossible de parfaitement masquer… Inutile d'ailleurs de trop s'appliquer dans la forme comme dans le lissage, ou de les cuire sur un support, car on n'en verra plus grand chose au final !


Pour maintenir les rocailles, il faut du fil de nylon. Je l’ai choisi très fin, si bien que j’étais obligée d’utiliser une aiguille spéciale perle. Mais si le trou de la perle de base est assez grand, vous pouvez prendre un fil classique.


Au travail !

Tout d’abord, il faut faire un triple nœud autour de la perle de base.

perlestisseeds03

On place le nœud au bord du trou de la perle. Puis, on enfile le nombre de rocailles nécessaires pour former un méridien pas tout à fait complet.

perlestisseeds04

On glisse, ensuite, le fil sous l’anneau noué du début à l’autre extrémité du trou, puis, on passe le fil dans celui-ci.

perlestisseeds05

De l’autre côté, on passe dans la première perle du méridien précédent, puis un reprend exactement le même nombre de rocailles…

perlestisseeds06

Avant de passer le fil à travers la dernière rocaille du précédent méridien.

perlestisseeds07

On repasse dans la grosse perle, et l’on continue pour les méridiens suivants, jusqu’à revenir au point de départ.

perlestisseeds08

perlestisseeds09

À ce moment, pour bien tour consolider, il faut passer dans la première rocaille du dernier méridien, avant de repasser dans toutes celles du tout premier, puis dans la dernière du dernier méridien : le tour est alors complet !

perlestisseeds10

Vous remarquerez, cependant, qu’il reste des endroits « vides » en raison de la forme de la grosse perle.

perlestisseeds11

Pour combler le manque, vous devez, ressortir votre fil au bon endroit, puis ajouter le nombre adéquat de rocailles. Repassez dans une rocaille déjà fixée, puis nouez le fil en plusieurs fois pour arrêter l’ouvrage.

Glissez-le dans quelques perles, avant de le couper à ras.

perlestisseeds12


Comme le nombre de perles est fixe, il est donc parfaitement possible d’enchaîner diverses couleurs pour former des motifs. Il faut seulement faire attention aux ajouts de finition pour qu’on ne remarque rien.

perlestisseeds13


Pour ne pas vous laisser sur votre faim, et lorsque j’aurais suffisamment bien travaillé, je vous monterai comment employer votre ouvrage… Mais comme toujours, avec mes promesses, il faudra de la patience…Hum, hum…

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 22:16

colliertissds01

Cela faisait des lustres que je n’avais pas trifouillé mes perles et malgré mon plaisir à tisser des bijoux, je n’avais jamais pris le temps de vous imaginer un tuto facile ! Vite, si vous ne connaissez pas encore, découvrez comment en quelques heures, on peut se confectionner un collier unique avec de jolies perles et du fil à pêche

colliertissds13

Le principe est des plus simples, il consiste en une succession de croisements des deux extrémités du fil à l’intérieur d’une perle, entrecoupés d’enfilages classiques.

colliertissds02

Tout d’abord, il faut rassembler une large variété de perles assorties dans les tons qui vous font envie : des grosses, des petites et des rocailles de divers tailles ou d'une seule.

colliertissds03

Puis, on en sort une grosse destinée au fermoir, et une quinzaine parmi les plus belles. On les aligne d’une manière harmonieuse : symétrie, séquence régulière ou chaos total selon votre choix. Ne les choisissez pas trop en relief pour qu’elles ne s’enfoncent pas dans la peau de votre joli cou ! Il faut maintenant leur donner toutes la même hauteur, en ajoutant ici ou là des rocailles ou de toutes petites perles. Inspirez-vous de mes assemblages…

colliertissds04

La seconde étape consiste à choisir des perles d’un volume identique qui s’intercaleront entre chacune des grosses, au-dessus et en dessous de l’échelle formées par celles-ci. Remarquez que j’ai choisi de les positionner d’une manière régulière, mais rien ne vous empêche, au contraire, de les choisir aléatoirement.

Mes couleurs peuvent aussi paraître un peu trop flashy, mais le résultat est très beau avec des tons doux et plus unis, des perles ethniques ou totalement noires.

 

colliertissds05

Pour débuter le collier, mesurez la largeur de votre cou et multipliez-la par quatre, voire un peu plus par sécurité. Coupez le fil de nylon à cette longueur et glissez-y une perle de rocaille. Rassemblez les deux extrémités et passez-les dans la perle fermoir. Tirez-la jusqu’au bout, votre fil ne bougera plus. Ajoutez, de la même manière, 6 rocailles, puis 5 sur chaque brin. Croisez les extrémités du fil dans une grosse rocaille (ou 1 ou 2 petites en même temps). Pour cela, attrapez l’un des fils à son extrémité et utilisez-la comme une aiguille pour entrer dans la/les perle(s), avec l’autre extrémité, piquez dans le sens inverse. Puis tirez sur les deux bouts pour que la perle rejoigne le début du collier.

colliertissds06

Continuez en ajoutant quelques perles sur chaque brin, avant de croiser dans votre première belle perle (ou sa séquence, ce qui est le cas ici). Sur chaque brin posez 3 rocailles, 1 perle intermédiaire, et 3 rocailles. Croisez dans la grosse perle suivante, puis recommencez la même séquence avec les perles intermédiaires suivantes. Et ainsi de suite, jusqu’à la dernière grosse perle. Faites bien attention au sens des brins de nylon si vous utilisez des perles intermédiaires à l’enchaînement précis !

 

colliertissds07

Recommencez alors, en miroir, le motif de rocailles choisi au début pour le fermoir. Et poursuivez-le en formant de petits anneaux de rocailles (ici, j’ai choisi 5 rocailles de chaque côté, croisées dans 2 autres). Réalisez le nombre d’anneaux suffisant pour bien faire le tour de votre cou sans trop serrer. Une fois croisés dans les deux dernières perles, laissez les fils en suspens, car l’étape suivante peut rétrécir le collier au point que vous ne puissiez plus le fermer sans vous étouffer.

colliertissds08

Coupez un nouveau fil de trois ou quatre fois la longueur de l’échelle de grosses perles. Passez l’un des côté dans la première perle intermédiaire et les 2 rocailles contiguës. Positionnez le fil bien en son milieu. Sur l’autre brin, ajoutez une séquence de rocailles de votre choix qui occupe la même surface que sur ma photo. Ici, il s’agit de 2 grosses, 2 petites, 2 grosses, puis 2 petites. Sur, le premier brin, ajoutez 2 petites rocailles, puis croisez les brins dans 2 grosses. Vous obtenez un anneau symétrique.

colliertissds09

Placez sur le brin du bas 2 petites rocailles et glissez-le dans la perle intermédiaire suivante et ses 2 rocailles contiguës, et ajoutez-y 2 petites rocailles à la sortie, tandis que sur l’autre extrémité, vous placez 2 petites, 2 grosses et 2 petites. Recommencez le croisement dans les grosses rocailles, et ainsi de suite jusqu’à atteindre l’autre bout du collier. Nouez les deux brins fermement avec un double nœud, et repassez les fils dans les perles déjà tissées pour bien les coincer, puis coupez-les un peu plus loin.

colliertissds10

Si vous trouvez votre collier pas suffisamment large, recommencez de même de l’autre côté.

Il ne reste plus qu’à terminer le fermoir, après avoir vérifié qu’il ne fallait pas ajouter un anneau supplémentaire comme expliqué plus haut. Sur l’un des brins, glissez un grand nombre de petites rocailles, puis passez-le dans les 2 dernières rocailles de fixation. Vérifiez s’il faut en ajouter ou en retirer pour ajuster ce grand anneau à la largeur de la perle fermoir. Il vaut mieux voir à force un peu que d’être trop large. Lorsque cela vous convient, repassez dans les perles l’autre brin afin de les réunir, puis, faites un double nœud bien serré. Repassez les fils dans les perles pour les couper un peu plus loin.

colliertissds11

Comme le collier est ajusté, si vous souhaitez en faire un cadeau surprise à quelqu’un, réalisez en double la grosse boucle finale, afin d’offrir deux largeur différentes possibles. Il suffit de passer la perle dans les deux à la fois, si c’est la petite taille qui convient !

colliertissds12

Le tissage de perle est vraiment ludique et simple, une fois le geste compris, vous pourrez imaginer des motifs toujours plus complexes, sans forcément suivre les schémas disponibles dans les nombreux livres sur le sujet !

 

colliertissds14.jpg

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 22:20

 

Sur le principe des mes pampilles rembourrées expliquées ici, je me suis lancée dans une série de petites broches hibou très girly pour faire de petits cadeaux de Noël aux petites filles de la famille. Avec des tissus décoratifs, des sequins de formes originales et des sequin-paillettes disposés en ruban, rehaussées de broderies ultra simples, je les ai fixées à l’aide d’une attache faite d’un fin ruban.


Pour faire les oreilles plumeuses des hiboux, j’ai ajouté quelques brins de fil à broder fixés par un nœud. Associé à un long fil alternant sequin et perles de rocailles de différentes tailles, à des brins de laine fantaisie et à d’autres sequins, le petit oiseau est ensuite fixé sur une attache pour broche.


Si cela vous amuse d’essayer, je vous propose le patron de la forme de base, ainsi que les emplacements des éléments principaux, à vous d’imaginer les détails qui vous amuseront…

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 00:07

Pour faire plaisir à Christine (http://damoisellescroisees.over-blog.com), j’ai imaginé une paire de boucles d’oreilles assorties à mon collier de métal torsadé disponible ici.

 

Comme pour le collier, il faut sélectionner un certain nombre de perles aux couleurs assorties et de différentes tailles, sans oublier quelques rocailles pour les mini-fleurs. La seule nécessité est que chaque perle soit en double, pour garder un esprit de symétrie. Le fil est toujours du métal coloré spécial bijou (ou décoration florale !)

 

Dans le modèle présenté ici, j’ai choisi de mettre en valeur une paire de perles « feuilles » plus longues que les autres pour obtenir une forme conventionnelle. Toutefois, on peut tout à fait réaliser les pendants en constituant un groupe homogène et plus ramassé. On peut disposer les perles en boule, ou n’en prendre qu’un tout petit peu pour une paire moins imposante. À vous d’imaginer vos propres variations.

 

Tout d’abord, on découpe une longueur de fil métallique d’une quarantaine de centimètres par boucle. On le plie en deux et l’on y place la perle du bas, avant de tortiller les deux morceaux de fil entre eux. Puis sur chacun d’eux, on ajoute des perles au fur et à mesure en les torsadant pour les fixer. Sans oublier les rocailles. Il faut que les perles soient positionnée d’une manière plus esthétiques vers l’avant que vers l’arrière, moins visible.

 

Il ne reste plus qu’à refaire de même avec l’autre boucle mais en symétrie.

Une fois l’enchaînement souhaité achevé, on continue à torsader sur 1 cm environ les fils ensemble avant de les croiser dans une attache à boucle d’oreille. Attention de bien l’orienter, pour ne pas inverser les faces avant et arrière !

Puis on continue à entortiller les fils autour de l’attache et le long du cm de fil torsadé pour bien fixer le pendant. Au final, écrasez bien les extrémités des fils avec une pince pour ne pas être piquée.

 

Et voilà, vite fait, bien fait ! À décliner de toutes les couleurs pour embellir ses tenues de tous les jours…

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 22:54

Faire de superbes bijoux en utilisant des fils métalliques colorés est un véritable jeu d’enfant. Pour vous le prouver, je vais expliquer comment créer un ras de cou en ne faisant que torsader le fil sur lui-même après l’avoir passé au travers d’une perle.

 


Le résultat est plutôt spectaculaire, si l’on choisit de belles perles de verres. Le collier est déclinable également avec une seule forme de perle, mais dans des diamètres différents, pour conserver son aspect nébuleux. Toutefois, on peut aussi choisir d’utiliser de plus grandes longueurs de fil métallique et de ne prévoir aucun interstice visible entre chaque perle, pour un effet plus dense et classieux. Dans ce dernier cas, je vous conseille d’utiliser des fragments de pierres semi-précieuses vendues dans les magasins de perles.

 


Plus vous ajouterez d’« étages » de perles, et plus le rendu sera remarquable. D’ailleurs, si vous recherchez à réaliser un bracelet sur le même principe, mais dans une largeur plus importante, prévoyez de réaliser plusieurs doubles brins et tressez-les entre eux d’une manière aléatoire.


RÉALISATION

Commencez par réunir toutes les perles que vous possédez de la teinte que vous recherchez. Ajoutez des rocailles assorties de différents diamètres.

Coupez quatre longueurs de fil métallique assorti. Utilisez l’envergure de vos bras ouverts pour la mesure. (Si vous manquez de fil, choisissez cette distance pour deux d’entre eux, et doublez seulement la longueur du collier final pour les deux autres.)

Prévoyez un fermoir à mousqueton (pas à vis !), et une pince coupante et écrasante (celle de la photo ne sert qu’à couper).

 


Choisissez tout d’abord les plus grosses perles et disposez-les en ligne d’une manière harmonieuse, les plus grandes de préférence vers le centre.

Enfilez la perle du milieu sur un fil métallique, et pliez-le en son milieu. Torsadez les deux brins obtenus ensemble pour maintenir la perle en place.


Faites de même de chaque côté avec les perles suivantes. Laissez un espace d’environ 1 à 1,5 cm entre chacune. Vous n’êtes pas obligée d’être régulière. Positionnez ce premier rang autour de votre cou pour déterminer la position des deux dernières perles. Laissez les brins libres.

 

Prenez le second fil et renouvelez l’opération pour les perles un peu plus petites. Vous devez prévoir de placer les deux dernières perles un peu plus loin que sur le rang précédent.

Continuez ainsi pour le troisième : ici, je n’ai choisi que des grosses rocailles, mais il faut juste qu’elles soient plus petites que celles du rang précédent.

 

Torsadez maintenant ces trois premiers fils en commençant par le milieu pour positionner les perles d’une manière harmonieuse.

 

Pour le quatrième fil, j’ai choisi de faire de petites fleurs de rocailles. Comme précédemment, il faut torsader les deux brins du fil métallique passé dans cinq rocailles. Une fois le rang achevé, vous pouvez l’entortiller autour du collier.

 

Pour monter le fermoir, choisissez les deux brins les plus longs, et, juste au-dessus de la dernière perle, commencez à les entourer avec les deux brins les plus courts, de la manière la plus régulière possible. Entourez sur un à deux centimètres. Faites de même de l’autre côté. Avec la pince, coupez l’excédent et écrasez bien les pointes du fil, car elles risquent de vous piquer le cou !

 

Positionnez le collier autour de votre cou selon votre désir, et pliez les brins restants de fil métallique pour marquer la bonne longueur.

Glissez les fils dans chaque bout du fermoir à l’endroit de la pliure, et entourez les fils sur eux-mêmes, aussi régulièrement que possible, sur 1 ou 2 cm. Arrêtez comme expliqué plus haut.

 

Pour cette opération, faites attention à bien réfléchir au sens du fermoir qui sera différent selon que vous soyez droitière ou gauchère : c’est le grand avantage de créer ses accessoires soi-même ! (Remarquez, que cela reste aussi valable si vous avez un habilleur attitré !)

 


Il ne reste plus qu’à essayer votre bijou !

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 23:49
Comme promis, voici une variante des boucles d'oreille à breloques (cf. ici) qui, cette fois, s'associent à de fines chaînes.

Après avoir réuni des paires de perles assorties et les éléments métalliques décoratifs que vous désirez, commencez à imaginer les différents éléments de la breloque.

Ne la faites pas trop longue (pas plus de deux modules), pour garder une chaîne relativement présente visuellement, sans pour autant qu’elle ne fouette les personnes que vous souhaitez embrasser ! Pensez aussi à poser de petites breloques montées sur des clous à l’extrémité basse de la chaîne pour les décorer.

Montez les premiers modules sur l’attache d’oreille (la fabrication des breloques est expliquée ici), puis fixez-y la chaîne de la manière suivante :

À l’aide de deux pinces, séparez un morceau de chaîne de la longueur désirée, en ouvrant le dernier maillon. S’il n’est pas déjà pré-coupé, utilisez une pince coupante, au préalable. Pour information, il faut toujours ouvrir un anneau ou un maillon de chaîne en écartant les deux bouts latéralement (chacun de son côté), plutôt qu’en l’ouvrant comme une paire de ciseaux. Cette dernière méthode risque de le déformer, voire de le fragiliser.

Si vous voulez attacher deux chaînes à votre boucle, il suffit de « plier » en deux le morceau, en accrochant le maillon du milieu à la boucle de la breloque. Comme sur l’exemple cuivré. Évidemment, rien ne vous oblige à faire les deux bouts de longueurs identiques.

Pour en ajouter davantage, je vous conseille d’utiliser un anneau supplémentaire sur lequel vous glisserez les maillons des chaînes. Comme sur l’exemple argenté.

La dernière étape consiste en l’ajout des minibreloques de bouts de chaîne.


Si vos oreilles sont percées de plusieurs trous, en particulier dans le cartilage, vous pouvez accrocher l’extrémité libre de la chaîne (sans minibreloque cela va sans dire) à un clou d’oreille pour obtenir un effet supplémentaire. À cette occasion, choisissez une chaîne aux maillons très décoratifs.
Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 22:01
Cela m'a pris ce matin, une forte envie de me replonger dans mes boîtes de perles ! Vite, vite, des pendants d'oreille pour montrer combien il est amusant d'imaginer des breloques scintillantes pour accessoiriser sa tenue du jour !


Pour expliquer comment faire mes grigris de sac à fleur de tissu, je montrais comment réaliser des breloques (cf. ici). C’est cette technique, simple, mais nécessitant un matériel bien particulier, qui est utilisée ici. Notamment les pinces montrées ci-dessous :

Lorsque j’imagine des boucles d’oreilles, je réunis, en petit tas, toutes sortes de paires de perles assorties, mais de tailles différentes. Je définis les perles « vedettes », et recherche celles qui vont bien avec. J’y ajoute toutes sortes d’apprêts dans le même type de métal. N’ayez pas peur d’en mettre trop, il faudra certainement éliminer quelques perles, mais, vous aurez un choix plus vaste. Si vos paires ne sont pas totalement identiques, ce n’est pas vraiment grave, tout le monde n’y verra que du feu… Mais attention tout de même à ne pas travailler avec un mauvais éclairage, car la surprise finale peut s’avérer de taille pour certaines couleurs subtiles !


Ensuite, je commence à former de petits modules, pour définir les articulations de la boucle.

De nombreuses possibilités s’offrent à vous : la grosse perle en haut, d’où partent une ou plusieurs pendeloques fines (exemple bleu),


ou bien l’inverse avec le modèle dont vous voyez les étapes de fabrication avec plus de détails.
Il ne faut pas hésiter à faire et défaire, pour trouver ce qui vous enchantera le plus !

Une fois la structure définie, il faut commencer à former les breloques. Les perles de l’extrémité sont montées sur un clou, les autres sur des tiges à boucle (anneau ou œillet).

Le plus difficile est de bien définir la taille du morceau en trop à couper. Ma technique (pas toujours infaillible malheureusement) consiste à mesurer la taille du morceau à conserver avec la largeur de mon petit doigt. La boucle créée, ainsi, est assez fine et donc plus jolie.

L’autre opération délicate est celle de la fermeture de la boucle : ni trop ouverte pour ne pas semer ses perles, ni trop fermée au risque de la déformer !

Enfin, il ne reste plus qu'à assembler chaque module l'un à l'autre, et de fixer la dernière boucle à l'attache d'oreille de votre choix.



Vous pouvez confectionner de toutes petites breloques, ou d’exceptionnellement longues. Ma seule recommandation est de faire attention au poids final. Les perles de verres sont magnifiques, mais additionnées aux éléments métalliques, cela finit par peser lourd. Je sais bien que chez les Bouddhistes, la sagesse des personnes réincarnées se voit à la longueur de leurs lobes, mais ce n’est pas une raison pour en élargir le trou au point de le rendre disgracieux ! À moins peut-être que vous ne soyez adepte des piercing extrêmes… Auquel cas vous serez sans doute intéressé par l’ajout de chaînes, que je m’en vais vous expliquer la prochaine fois !



Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 01:14

J’ai eu envie de monter en breloque les mini fleurs du précédent post sur un gros mousqueton pour les accrocher un peu partout.

 

 

En quelques images, voici comment faire une breloque avec des tiges à clou et à œillet disponibles dans les boutiques de matériel pour bijoux.

La pince ne doit pas marquer le métal, ses extrémités doivent être rondes. On en trouve dans les mêmes magasins, mais j’en ai également dénichée une chez Castorama, bien qu’elle soit un peu trop grosse.

Pour réaliser une breloque, il suffit de saisir l’extrémité de la tige et de l’enrouler sur elle-même jusqu’à refermer la boucle. Ensuite, il faut repartir légèrement dans le sens inverse, geste qui permet d’ouvrir le crochet pour faciliter l’accrochage, tout en le centrant pour un aspect plus esthétique. Le plus d'ifficile est d'estimer la bonne longueur de tige à conserver pour faire le crochet. Trop longue, la perle bouge, trop courte, le crochet devient plus fragile et difficile à refermer.


On peut utiliser une pince plate pour refermer le crochet, une fois les pendeloques assemblées.



Les rubans sont maintenus ensemble par une attache plate à écraser, à laquelle est fixé un simple anneau brisé.

 

Je n’ai pas pris le risque de me servir de ces grigris comme porte-clé, car les anneaux des breloques ont peu de chance de supporter un usage intensif, et risquent de se desserrer.



Comme il m’arrive de participer à des marchés de Noël, j’ai remarqué que ces grigris avaient remporté un certain succès.

Si vous n’avez pas le courage de les réaliser vous-même, vous pouvez m’envoyer un e-mail à agrafeetfanfreluches@gmail.com pour m’en commander.

Repost 0
Published by Agrafe - dans Bijou
commenter cet article

Tirez La Chevillette...

  • : Agrafe et fanfreluches
  • Agrafe et fanfreluches
  • : Mes doigts fourmillent d’envies créatives à partager (couture, broderie, crochet, déco, bijoux…), je ne sais plus m’arrêter. Venez vous faire contaminer !
  • Contact

Rechercher

Archives

EXPO-VENTE

*********************

Découvrez ma boutique en ligne Âme Camélia sur ALittleMarket.

banniereamecamelia.jpg

*********************

Si vous voulez suivre les making of des créations que je destine à la vente ou mes coups de coeur, venez visiter mon autre miniblog

aylamilly.over-blog.com

*********************

 

... Et La Bobinette Cherra.