Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 13:42

  japanexpods10-20

Ça y est je peux relâcher la pression, le salon Japan Expo est terminé ! Que de travail de dernière minute pour un bilan partagé de ma part… Forcément coincée sur mon Agrafe’s shop, je n’ai pas beaucoup pu m’éclipser pour faire le tour des stands et vous faire un compte rendu complet. Mais grâce à l’aide précieuse de ma mère, de ma sœur et de mon amie Lee, j’ai pu prendre quelques photos des lieux qui m’ont le plus marqué.

japanexpods10-09

Comme toujours, on pouvait faire le tour des stands des éditeurs français de manga, de dessins animés, de musique ou de jeux vidéo pour découvrir les nouveautés, mais ces produits étant d’accès facile toute l’année, ce sont surtout les boutiques de goodies où s’agglutinaient les visiteurs. Peluches, sacs, bijoux, straps à l’effigie des héros nippons côtoyaient les bonnets ou les serre-têtes à oreilles de chats.

japanexpods10-19

Tandis que les gothic lolitas ou les punks-rock avaient des stands entiers de vêtements made in China à des prix défiant toute concurrence.

japanexpods10-21

J’ai longtemps hésité à m’offrir quelques ongles too much, ou ces jolies chaussures plate-forme d’inspiration asiatique, mais j’ai préféré rester dans le plus traditionnel en craquant pour un kimono et son obi, ainsi qu’un sac kokeshi qui me faisait de l’œil !

japanexpods10-02

japanexpods10-04

japanexpods10-01

Pour mes petits, j’ai opté pour des boîtes à bentô et les fameux bonnets : kawaî ne ?

japanexpods10-03

La partie tradition m’a semblée moins attirante que l’année dernière, sans doute parce que moins regroupée. Si l’on pouvait s’essayer à l’attraction traditionnelle japonaise de pêche au poisson rouge avec une spatule en papier, il était également possible de goûter des boissons étonnantes (le lait cru fermenté Calpis était vraiment très rafraîchissant). Thé, sucreries et autres mets typiques m’ont donné envie de tester, mais la foule m’a fait abandonner pour admirer de magnifiques kimonos de créateur, hors-de-prix pour ma maigre bourse, mais pas pour en prendre plein les yeux (www.aoiclothing.com) !

japanexpods10-11

Une autre attraction était la présence de nombreux purikura (printclub), des cabines comme nos photomatons permettant de décorer ses photos selon ses envies, et de les imprimer sous forme de minuscules autocollants à partager. J’ai beaucoup regretté de ne pas avoir le temps de profiter des conférences et concerts de la scène culturelle, que j’avais adorés l’an passé. Ce lieu était également destiné à des démonstrations d’arts martiaux comme le kyûdô, le tir à l’arc faisant la part belle à la spiritualité.

japanexpods10-12

Pas d’exposition d’ikebana, mais celle des tableaux des élèves et du maître, Yiching Chen (yiching.free.fr), de l’association Pigments et Arts du Monde dont je vous ai déjà parlé ici. Mes photos sont bien incapables de rendre la beauté des œuvres présentées.

japanexpods10-13

On pouvait également découvrir des objets anciens présentés par www.nihonantiquaire.com, comme cette superbe armure.

japanexpods10-10

 

Un soir, j'ai pu tout de même pénétrer dans une des expositions d'illustrations avant d'être chassée par un vigile. Il s'agissait d'une rétrospective de Tsukasa Hôjô, le dessinateur du manga de Cat's Eye et City Hunter (Nicky Larson). L'originalité de l'expo était de montrer des dessins hommages d'autres sommités du manga pour ses trente ans de carrière. Voici les cat's vues par Rumiko Takahashi (Urusei Yatsura / Lamu, Ranma 1/2)

japanexpods10-14

et un dessin humoristique de maître du suspense Naoki Urasawa (Monster, 20th Century Boys).

japanexpods10-15

Impossible de vous présenter les incroyables cosplays qui défilaient dans les allées parce qu’ils se montraient peu près du stand, mais voici quelques jolis looks qui ont eut la gentillesse de s’approcher et que j’ai eu la présence d’esprit de photographier. Il y en avait bien d’autres qui passaient malheureusement hors de portée pour que je puisse les shooter.

japanexpods10-16

japanexpods10-17

japanexpods10-18

Tout comme ce fut le cas des défilés Jeunes Créateurs. Par chance, j’étais située juste en face de celui qui m’avait subjuguée l’année passée sans pouvoir en connaître le nom (photos ici).

japanexpods10-31

J’ai donc pu assister à la préparation des mannequins à la coiffe originale et au maquillage de grande qualité. Le site de la créatrice n’est pas encore terminé mais en voici l’adresse (http://www.zarzartab.com). En fin de salon, elle bradait ses créations (dans lesquelles je n’avais aucune chance de pouvoir entrer !), mais je me suis offert un tablier à poches qui m’a fait craquer. Depuis l’année dernière, je lorgnais sur les serre-tailles Imperatrix et j’ai sauté le pas (www.dollparts.fr).

japanexpods10-06

japanexpods10-05

japanexpods10-32

Remarquez, en fond de la photo ci-dessus, le stand d’un collectif super sympa, que j’ai complètement oublié de prendre en photo comme il se doit. J’aurais bien acheté l’un de leurs Tee-shirts pour mes agrafons, mais, ils n’auraient pas supporté les petits cœurs émanant du minisquelette qui me tentait bien. Si vous avez des fillettes ou si l’idée de porter une banane en forme de slip hyper fun ne vous intimide pas allez voir Industribal (http://www.myspace.com/sigrine),  www.natootruc.blogspot.com pour ses poids trop choux, et www.missdigriz.com, pour ses accessoires. Pour ma part, j’ai choisi un badge de Luluberlu http://www.myspace.com/luluberlu dont j’aime beaucoup le graphisme (c’est elle qui dessine les Tee-shirts).

À côté de moi, se trouvait également, le stand de Mane, une brodeuse textile folle de princes charmants. J’ai raté la photo de son stand, mais voici le lien de son blog : mon-père-est-tailleur.over-blog.com link. Découvrez également sa participation au concours des Jeunes Créateurs sur le thème du panda, aux côtés de ma Panda Loligoth.

japanexpods10-33

japanexpods10-34

Normalement, l’expo de ce concours devait indiquer le nom de notre stand et être faite pour attirer du public vers lui. Mais, je regrette beaucoup d’avoir été obligée d’abandonner ma peluche pour rien, car elle était exposée dans un coin perdu, où personne n’a dû la remarquer, et mon stand n’a même pas été cité ! J’aurais mieux fait de la garder, grrrrrrrrrrrrrr ! Ce n’est pas grave, je la recommencerai, et je vous mettrai le tuto, car je suis certaine qu’au moins vous vous apprécierez !

japanexpods10-08japanexpods10-07

Je vous présente aussi Manufacta, le stand de ma copine Véro qui fait, avec son amie, des vêtements vraiment géniaux et tout à fait portable, contrairement à d’autres !

japanexpods10-30

Allez, avant de vous montrer mon modeste shop, laissez-moi vous présenter ceux du Village Jeunes Créateurs que j’ai trouvés les plus beaux. Il y avait un concours de décoration, et vu la qualité des autres, la newbee que je suis n’avait vraiment aucune chance ! En plus des vêtements loligoth ou kawaî flashy, des bijoux romantiques ou gâteaux, désormais classiques, certains stands étaient spécialisés dans les illustrations, ou les vêtements de poupées japonaises. Il y en avait vraiment pour tous les styles.

japanexpods10-26japanexpods10-27japanexpods10-28japanexpods10-29japanexpods10-25

Voici, mon petit chez-moi, un peu vide et pas très pro ! Mais comme j’ai réussi à vendre quelques petites choses et que les gens ne m’ont pas totalement boudée, je ne suis pas désespérée.

japanexpods10-22

De toute façon, l’emplacement était si cher qu’il était impossible que je m’en sorte positivement, sauf miracle… (Je n’ai pas dû assez prier les kami !!!) Il y a peu de chance que je recommence l’année prochaine, ou bien en prenant un stand amateur, où l’on a le droit de ne vendre que des choses à tout petit prix (ce qui était en fait mon cas : ouin, j’étais pourtant toute fière de mes sacs à des prix défiant toute concurrence, mais ils étaient encore trop chers apparemment !!). Pas grave, cela m’a tout de même motivée pour ouvrir prochainement une boutique Dawanda à mon retour de vacances, comme d’autres avant moi… Faut bien écouler les stocks maintenant !!

japanexpods10-23

Je voulais aussi faire un ÉORME BISOUS à Ritz et Mimi poud’de riz (allez voir son blog trop craquant si vous ne la connaissez pas encore), qui m’ont fait l’immense joie de venir m’encourager. Merci beaucoup de votre soutien qui m’a fait un plaisir fou et m'a beaucoup touchée !

 

 japanexpods10-24

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Agrafe - dans Japon
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 13:08

 

ansekumids01

Pour agrémenter mon sac en patchwork, et parce que je n’avais plus de tissu qui me convenait, j’ai ressortis mon matériel de tissage de corde japonais dont je vous parlais ici. Cette fois, je me suis lancée dans une version à 16 brins (quatre couleurs différentes).

ansekumids03

L’enchaînement est simple : les couleurs s’alternent régulièrement le long des emplacements prévus. J’ai découpé huit brins de 150 cm dans du cordon de satin et je les ai simplement pliés en deux, avant de les positionner comme sur la photo. Pour bien comprendre le principe, j’expliquais la méthode ici.

ansekumids04

Le premier croisement concerne les deux premiers brins couleur 2 (chassé-croisé en vert sur le modèle), le suivant la couleur 4 (en jaune). Celui du bas, passe en haut, tandis que celui du haut se place en bas, tout en restant toujours du même côté du brin immobile (ici couleur 1 ou 3).

ansekumids05

ansekumids06

Puis, à nouveau la couleur 2 des deux brins non encore utilisés, et enfin la 4 suivant le même principe.

ansekumids07

Il faut alors reculer le disque pour positionner l’emplacement 1a au niveau de la couleur 1 (qui n’a pas encore bougé !) : flêche verte fluo. On procède alors aux mêmes échanges, à propos des couleurs 1 puis 3.

ansekumids08

ansekumids09

Une fois la corde achevée, je la ligature en entortillant le bout restant le plus long autour. Puis, j’en repasse l’extrémité sous les tours dans le sens inverse pour la coincer. Il ne reste plus qu’à fixer les brins entre eux avec quelques points de couture, avant de couper l’excédent.

ansekumids10

Comme la corde est épaisse, j’ai imaginé de petites attaches en tissu qui puissent passer facilement dans la machine à coudre. Il s’agit simplement d’un carré plié en deux, puis cousu pour former un tube.

ansekumids11

Après l’avoir retourné et avoir créé de petits rentrés, je l’ai à nouveau plié en deux.

ansekumids12

Puis, j’ai fait trois coutures près du bord pour former une petite pochette.

ansekumids13

Il ne reste plus qu’à glisser la corde à l’intérieur avant de la refermer avec de petits points discrets !

ansekumids02

Ce modèle de corde kumihimo est simple mais très décoratif. En faire un joli bracelet peut-être une bonne idée, mais je n’ai pas encore trouvé une bonne idée pour le finir joliment : je n’ai encore jamais vu de coupelle cache nœud suffisamment large…

Comme je reparle de kumihimo, j’en profite pour vous faire découvrir un jeune blog surprenant, où l’auteur sculpte des miniatures japonaises spectaculaires : des netsuke et des ojime, en os et en ébène magnifiques !

 

Profitez bien du beau temps et à tout bientôt (j'espère !).

 

 

 

Repost 0
Published by Agrafe - dans Japon
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 10:05

7tresorsbouddhads01

Pour proposer diverses choses sur mon stand de Japan Expo, j'ai repris de nombreux ouvrages en cours. Parmi eux se trouvaient mes patchworks simples dont je vous expliquais la fabrication . Maintenant, il faut passer à l'étape suivante. J'avais parlé ici du quiltage traditionnel, mais il n'était pas approprié dans ce cas, car je souhaite créer une poche intérieure à ce nouveau sac, histoire de le rendre plus pratique. Il fallait donc simplement que je matelasse l'extérieur et que j'ajoute une doublure.

7tresorsbouddhads02

Pour préparer mon travail, je me suis simplement contentée de fixer ensemble le patchwork et le molleton, coupés à la même taille, grâce à un point de zig zag fait à la machine.

Le choix des tissus japonais pour le motif m'a donné envie d'utiliser la broderie japonaise sashiko pour le décorer. Il existe plusieurs dessins typiques et traditionnels, parfois difficiles à tracer sans pochoir. Si vous voulez en découvrir d'autres, regardez dans mon album "pochoir", j'en ai préparé un certain nombre (je parlais de cette broderie ici, mais sans pas à pas).

motifsashikods010bMon envie s'est portée sur les "Sept Trésors de Bouddha". Je ne peux pas vous expliquer l'explication de ce motif, car je n'en ai pas fait la recherche, pardonnez-moi... Je l'ai choisi en raison de sa facilité de reproduction et surtout de sa forme parfaite pour mon patch à base carrée.


Pour le réaliser, il suffit de trouver un objet circulaire dont la forme s'inscrit parfaitement dans les carrés du patchwork. On centre bien le disque et le carré et on en marque le contour avec un crayon de tailleur.

7tresorsbouddhads04

Puis on en quilte le tracé avec un fil de couleur contrastée ou non. Je n'avais pas de fil pour sashiko de la bonne teinte, si bien que j'ai jeté mon dévolu sur un autre de taille équivalente trouvé dans un luckybag d'Oliver Twists, lors du dernier Aiguille en fête. L'avantage de cette broderie est qu'elle ne nécessite pas un fil spécial quilting habituel : un fil épais est préconisé !

7tresorsbouddhads03

Alors que d'habitude il faut faire attention à ce que les deux côtés du quilt soient parfaits, en sashiko comme en quiltage, le fait que je double le sac, me permet d'arrêter les fils "à la barbare" sur le verso du travail : chouette !

 7tresorsbouddhads07

La première étape du matelassage consiste à former des cercles dans les neufs carrés du patchwork.


Puis, on superpose une nouvelle série de quatre cercles en quinconce. Observez mon schéma et les photos pour bien comprendre.

7tresorsbouddhads05

motifsashikods010a

7tresorsbouddhads06

Pour ceux qui ne se sentiraient pas bien sûr d'eux, j'ai également dessiné un gabarit à imprimer à la bonne taille et à inciser, juste au cas où !

motifsashikods010c

Juste à la fin, on quilte la bordure d'un seul tenant en faisant des demi-cercles (des petites arches !) tout autour. Dans les angles, ce sont des quarts de cercle ! On utilise toujours le disque pour qu'ils soient réguliers.

7tresorsbouddhads08

Et voilà, il ne reste plus qu'à faire l'autre face, en attendant que je vous montre la suite de l'ouvrage.

 7tresorsbouddhads09

Je voulais vous dire, également, un énorme MERCI pour tous vos encouragements pour le salon : vous m'avez boostée à fond pour mon sprint final ! Demain, je vous montrerai ma production du week-end, en attendant la finalisation de mes derniers sacs pour lesquels mon cerveau fume, tant j'ai du mal à concevoir leur finition : pas simple d'être un peu originale ! Je vais répondre à tous vos supers commentaires ce soir, j'espère, mais pour l'instant, je voulais vous mettre quelque chose sous la dent rapidement... Encore merci pour votre gentillesse !!!!!!

Repost 0
Published by Agrafe - dans Patchwork
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 21:13

Pub JapanExpo

ventejapands01Je vous avais promis de vous expliquer la raison de mes absences prolongées de ces derniers mois. Eh bien, voilà, j'ose me lancer car j'ai enfin quelques menues choses à montrer. Tout début avril, j'ai pris le risque de réserver un stand "Jeune créateur" au salon JAPAN EXPO.

jclogo.jpg

L'année dernière, je vous parlais déjà de cet événement incontournable des fans du Japon, où se côtoient tradition et culture pop (pour en savoir plus regardez ici et l'articles suivants). Il se déroule sur quatre jours intenses où foisonnent les événements et se masse une foule de passionnés ! Admirative des créations des exposants de 2009, je me suis dit pourquoi pas moi ? Valérie Eguchi, qui m'avait invitée aux portes ouvertes de son association, a elle aussi pris un stand dans la partie traditionnelle pour exposer du nihonga et faire des démonstrations de son art magnifique. Tout comme une autre artiste que j'ai rencontrée à l'atelier de sculpture et de céramique où j'étudie (cf. ici). Cette dernière va même participer au défilé jeunes créateurs car elle crée des vêtements inspirés par ceux du pays du Soleil Levant. Je ne vous en avais pas encore parlé : voici le site de sa marque MANUFACTA, qu'elle partage avec une amie.

ventejapands02

Pour ma part, ne faisant pas de mode, je vais me contenter de sacs et autres accessoires de fille !

Malgré les moindres instants de libre passés à avancer sur mes ouvrages, je n'ai pas encore grand-chose d'achevé : comme toujours, je me disperse ! Mais comme le grand jour est pour le 1er juillet, il faut vraiment que je me concentre pour achever mes encours !

ventejapands03Pour l'occasion, j'ai imaginé un modèle de sac qui j'espère aura du succès. Que pensez-vous de mon "panier-pochon" douillet ? Je l'avoue, j'ai besoin d'être un peu rassurée… Je me suis aussi lancée dans des sacs brodés aux rubans, en crochet et en patchwork, mais il sont encore en menus morceaux… Tout comme ces fleurettes de prunier (ume), dont je vous donnais les explications ici, qui attendent de se transformer en bijoux !

 

 

 

ventejapands04

Une fois encore mon stand sera certainement disparate, mais peut-être que cela plaira à un public plus large… Hou, la, la, je commence franchement à stresser, mais ce sera certainement une bonne façon de savoir si mes idées ont un peu de succès auprès des autres, mis à part vous, mes si chers visiteurs, qui savez bien le temps et la passion mis pour confectionner un ouvrage !

Évidemment, je vais profiter de ces expérimentations pour vous en faire profiter avec quelques tutos !

Et si vous avez l'intention de visiter ce salon, venez me faire un petit coucou sur mon stand JC.60 pour m'encourager, ça me fera un plaisir fou !

Repost 0
Published by Agrafe - dans Japon
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 08:50

portemonnaieds01

Après plusieurs années d’attente, je me suis enfin décidée à terminer deux minipochettes brodées qui m’attendaient tranquillement dans un coin. Je vous montrais ici mes pochettes décorées de rubans, perles et sequins, que je brodais fébrilement. En réalité, plus que le produit fini, c’était surtout l’embellissement du tissu qui m’amusait, tout autant que le plaisir de choisir les rubans à la mercerie ! Mais voilà, il faut bien un jour achever son ouvrage. Voici donc l’occasion toute trouvée de concocter un petit tuto pour les couturières débutantes.

Comme à mon habitude, je ne vais pas vous donner des dimensions fixes : il est plus sympa de pouvoir adapter un modèle à ses envies. Quelque soit la taille choisie (carrée, allongée, mini ou très grande), à vous de décider. Ici, c’est la taille de la fermeture à glissière qui détermine principalement les choses. Mais en réalité, il existe des astuces pour adapter celle-ci à la taille de la pochette finale, soit en allongeant, soit en la faisant déborder d’une manière décorative si elle est trop longue. Un jour, peut-être, je vous montrerai comment s’y prendre…

portemonnaieds02

MATÉRIEL




 

- Une fermeture à glissière de longueur A

- Deux rectangles de tissu de largeurs A et de côtés B (devant) : ici, j’ai choisi une toile rayée sur laquelle j’ai cousu des rubans. Pour avoir des raccords parfaits, j’ai brodé les deux rectangles d’un seul tenant (côtés B, largeurs A+A), avant de le couper en deux.

- Deux rectangles de tissu de doublure (ici du coton) de largeurs A et de côtés B + 2 cm

 

 

 

DOUBLURE

Cousez, endroit contre endroit, les rectangle de doublure sur les côtés B, A et B, en vous guidant avec le bord du pied de la machine.

Coupez à 45 ° les angles du bas.

portemonnaieds03

Pliez les coins cousus en triangle en ouvrant et en alignant les coutures. Fixez avec une épingle et cousez perpendiculairement aux coutures.

portemonnaieds04

La largeur de cette couture déterminera la largeur du fond de votre pochette : choisissez-la en fonction de vos besoins. Refaites exactement la même chose de l’autre côté.

portemonnaieds05

Vous obtenez un pochon. Comme vous le verrez plus loin, il est possible de couper l’excédent de tissu des angles, mais pour le type de tissus que j’ai choisi, cela n’est pas indispensable ici. Retournez-le endroit vers l’extérieur et faites un rentré avec le bord supérieur à l’intérieur.

portemonnaieds06

POSE DE LA FERMETURE

Alignez, endroit sur endroit, une des largeurs A du tissu du dessus sur un des côtés de la fermeture à glissière. Avec le pied spécial cousez le long de la fermeture.

portemonnaieds07

Ouvrez et écrasez le pli avec une couture réalisée le plus près de la couture précédente. Ce n’est pas obligatoire, mais cela facilitera la fixation de la doublure.

Faites de même de l’autre côté de la fermeture avec l’autre morceau de tissu.

portemonnaieds08

COUTURE DE LA POCHETTE

En ouvrant la fermeture ( !), pliez le rectangle ainsi obtenu endroit sur endroit et cousez les trois autres côtés comme pour la doublure.

portemonnaieds09

Continuez de-même (angles coupés, plis et couture en triangle) en gardant les mêmes mesures.

Coupez les triangles superflus le long de la couture, à 0,5 mm minimum.

portemonnaieds10

POSE DE LA DOUBLURE

portemonnaieds11

Glissez le pochon de dessus dans le pochon de doublure. Fixez les coins ensemble avec des épingles pour qu’ils coïncident parfaitement, de même que les coutures (ouvertes pour éviter les surépaisseurs). Faites glisser le bord de l’ouverture pour la rapprocher le plus possible de la fermeture à glissière.

portemonnaieds12

Cousez-les ensemble avec de petits points invisibles.

Retournez le tout, et vous voilà prête à faire vos menus achats, ranger vos fils de brodeuse ou protéger votre nécessaire à maquillage dans un joli écrin !

portemonnaieds13

Si vous préférez confectionner une pochette à porter en bandoulière, fixez la dragonne avant de poser la doublure. Si ce sont des anses déco qui vous font rêver, juste à la fin cousez-les avec un carré et son croisillon sur le devant.

Pensez aussi à décorer la poignée de la fermeture avec un ruban noué ou cousu, ou même une jolie breloque (explications ici) pour en faciliter la préhension.

 portemonnaieds14

 

 

 

Repost 0
Published by Agrafe - dans Couture
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 11:50

  kagomeds01

Avec un retard épouvantable, je vous propose de découvrir un nœud décoratif que j’aime beaucoup. Il ne fait pas partie de ceux que je vous montrais dernièrement, car sa particularité est de ne pas être fixé. Pour éviter qu’il ne se défasse, il faut le coller avec de la colle invisible (type PVA diluée) si vous souhaitez vous en servir pour des bijoux. Pour ma part, je préfère m’en servir pour le coudre en décoration appliquée avec quelques points invisibles sur du tissu. Dans ce dernier cas, vous remarquerez qu’il suffit de couper les extrémités du cordon à la taille voulue et de le coudre en formant la dernière boucle. Utilisez-le, alors, sur son envers pour masquer le raccord. Vous pouvez également, vous en servir pour créer un lien, en formant des nœuds perles à chaque extrémité, comme je vous le montrais ici.

 

Ce nœud chinois peut se réaliser avec autant de boucles qu’on le souhaite. À l’origine, il ne comporte que quatre branches. Pour vous montrer une version moins connue, j’ai choisi celle venue du Japon qu’on nomme kagome double. Il s’agit d’un motif de tressage traditionnel basé sur une étoile à six branches très régulière. Ce motif se retrouve aussi bien dans la vannerie de bambou que dans les broderies sashiko notamment.

 

Pour le réaliser, il faut prévoir un support en carton et des épingles. Avec un cordon de satin type queue de rat, utilisez 80 cm au minimum, pour un nouage confortable.

kagomeds03

 

ÉTAPE 1 :

Positionnez le cordon en étoile à six branches comme sur la photo, à l’aide des épingles.

kagomeds02

Commencez à déplacer branche par branche en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, en commençant par les extrémités du cordon.

Celles-ci passent au-dessus de la branche contiguë.

kagomeds04

Puis, pour les suivantes, passez à la fois au-dessus de la branche croisée et de la suivante.

kagomeds05

Pour la dernière, il faut passer au-dessus de la branche déjà croisée avant d’entrer dans la boucle formée par la toute première branche croisée (cf. photo).

Une fois le cycle terminé, il faut tirer sur les boucles pour bien serrer le nœud (en ôtant les aiguilles).


kagomeds06

kagomeds07

ÉTAPE 2 :

Maintenant, on recommence la même opération dans le sens des aiguilles d’une montre afin de doubler le motif. Il faut toujours débuter par les extrémités du cordon pour plus de facilité.

kagomeds08kagomeds09kagomeds10

Une fois, les boucles tirées et le nœud serré, retournez-le et tirez sur les petites boucles pour leur donner une forme plus décorative.

kagomeds11kagomeds12

À vous d’imaginer comment l’employer, avant de découvrir d’autres idées dont je dois m’occuper des photos ! Vous pouvez en varier la forme en tirant plus ou moins sur les grandes et les petites boucles.


J’en profite pour vous remercier de vos visites malgré mon absence de ces dernières semaines. Je vais me rattraper et vous expliquer très bientôt la raison de ce long silence… Mille mercis pour vos adorables commentaires que je lis avec beaucoup de plaisir, même si je n’ai pas assez de temps pour y répondre tout de suite !

 

 

Repost 0
Published by Agrafe - dans Maedup
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 10:39

  pam02

Comme je vous le disais, j’ai été invitée le week-end dernier aux portes ouvertes des ateliers d’artistes du XIVe arrondissement de Paris. Au sein de l’association Pigments et Arts du Monde , présidée par ma talentueuse amie Valérie Eguchi.

pam03

Pendant qu’un très intéressant stage de peinture tankha  se déroulait dans l’atelier, nous attendions les visiteurs dans la partie galerie. Outre les superbes peintures de Valérie dont je vous avais déjà parlé et sa série en nihonga représentant les signes du zodiaque chinois, on pouvait voir des encres du maître cantonais de l’association, Fong Jok Wah, des dessins et peintures tankha sacrées du sympathique Karma Yeshe et les très originaux tableaux de Stève, un artiste trisomique à l’imagination débordante. Ces pastels colorés étaient encadrés avec beaucoup de doigté par sa mère que je salue.

steve

De mon côté, j’exposais quelques porcelaines, ainsi que des bijoux en pâte égyptienne.

pam01

pateegypte1Il s’agit d’une terre particulière contenant déjà des émaux et oxydes à l’état brut. Plus on lui laisse le temps de sécher avant la cuisson, plus elle prend une teinte vert très sombre à la sortie du four.

pateegypte4

La présence de ces minéraux permet une fusion des petits éléments qu’on y superpose sans être obligé de les fixer fortement à la manière des autres argiles. Une seule cuisson suffit pour obtenir un effet métallique. Mais il est possible de l’émailler. Suivant le type d’émail, alcalin ou acide, on obtient une couleur turquoise ou verte émeraude que j’adore.

pateegypte2pateegypte3

pateegypte6Pour donner un petit côté asiatique à mes pendentifs, je me suis lancée dans une série de nœuds chinois. Bien entendu, j’ai pris la peine de photographier les étapes pour vous. Le temps de préparer les explications précises et vous pourrez tenter cette sympathique expérience prochainement.

 

pateegypte5

Repost 0
Published by Agrafe - dans Céramique
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 10:17

porcelaine3

document.jpgL’année dernière, lors de cet événement sympathique, j’ai pu rencontrer une copine de blog au sein de l’association Pigments et Arts du monde où elle apprend la peinture japonaise, le nihonga. Eg y faisait une démonstration de son art magnifique, dont je parlais ici. Pour voir ses autres superbes œuvres, allez lui rendre visite sur son blog.

 

 

 

 

 

 

tatsu.jpg 

faience1Pour tenter l’expérience, cette année, elle m’a proposé de profiter des Portes Ouvertes pour essayer de vendre quelques unes de nos créations. Si jamais, par le plus grand des hasards, vous êtes sur la capitale le week-end prochain, 29 et 30 mai, venez nous encourager, tout en découvrant les artistes de l’arrondissement ( ici vous trouverez un bel atelier de poterie). Pour l’occasion, je me suis lancée dans une série en porcelaine, ainsi que dans des bijoux en pâte égyptienne, qu’il faut encore que je monte. J’espère que quelques badauds se laisseront tenter par mes céramiques et les jolies peintures d’Eg !

ushi.jpg

Pigments et Arts du monde, 20 Rue Louis Morard Paris 14, métro Alésia.

Infos Portes Ouvertes :  Samedi 29 mai de 14h30 à 20h ; dimanche 30 mai de 11h à 19h. Site

porcelaine2

Repost 0
Published by Agrafe - dans A découvrir
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 22:23

grillesireneds

Sakana m'a demandé si je pouvais lui dessiner une grille de points de croix représentant une sirène pour faire un cadeau à une petite fille. Comme ce n'est pas évident de dessiner quelque chose de très simplifié pour qu'elle tienne sur un petit format, je me suis lancée dans un dessin de base plus complexe pour finir par l'épurer. Mais, peut-être que la version d'origine peut également vous plaire, alors je la partage…


grillesirenesakanaok.jpg


 

Étonnant de voir comment un même dessin peut conduire à deux résultats assez différents, non ? Bon, il y a encore des détails qui pêchent, mais je suis bien certaine que vous y remédierez !

Je vous souhaite un agréable pont, si vous en profitez !!

Repost 0
Published by Agrafe - dans Broderie
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 18:45

hosokawa pop01À la toute dernière minute, j'ai réussi à profiter de la dernière exposition de l'Espace Mitsukoshi Étoile à Paris. J'apprécie énormément ce lieu car il est peu connu et permet de profiter des œuvres sans se sentir oppressé. Ses salles à l'ambiance feutrée sont parfaitement en rapport avec la simplicité des créations nippones. Cette fois-ci, il s'agissait d'une exposition de calligraphies et de céramiques vibrantes de simplicité, présentant un vaste panorama des styles et des couvertes nippons, pourtant nées des mains d’un seul homme…

hosokawa-morihiro12

Si vous êtes touché par les poteries japonaises à l'aspect brut et irrégulier, ou par les monumentales calligraphies à l'encre de Chine, courrez vite profiter de cette rétrospective de l'œuvre de l'artiste, car elle se termine samedi prochain (15 mai), vous ne le regretterez pas !

hosokawa-morihiro11

26e chef de la prestigieuse famille de samouraïs Hosokawa, perdurant depuis 700 ans, Morihiro, ancien Premier Ministre du Japon, décide de se retirer à l’aube de sa soixantième année pour se consacrer aux plaisirs des arts traditionnels. Architecte de son propre atelier retiré au cœur du village isolé de Yugawara (Kanagawa), il emploie son temps suivant l’expression nippone « à cultiver son jardin les jours où il fait beau et à lire en paix les jours de pluie ».

 

hosokawa-morihiro03Partagé entre ses diverses passions, il excelle dans la calligraphie, et maîtrise l’art de la céramique, à tel point qu’Issey Miyake dit de lui qu’il voit « dans ses actes et dans ses engagements, une illustration exemplaire de ce que la culture japonaise offre de meilleur » et se surprend « à l’envier et presque à lui en vouloir de faire ressortir (sa) propre médiocrité »…


Ayant appris auprès de son maître les diverses techniques difficiles des styles traditionnels nippons (Raku, Shigaraki, Shino, Kôrai…), pour lesquels il semble insatiable, il parvient à se les approprier pour concevoir ses propres créations, toutes plus sensibles les unes que les autres. Perpétuellement à la recherche des rendus les plus complexes des œuvres antiques qu'il admire, il allie le savoir ancestral et ses propres expérimentations pour plier l’art subtil et insaisissable de la céramique à sa volonté : noir profond des bols Raku, couleurs « de feu » des grès Shigaraki, dosage parfait des décorations ferrugineuses des céramiques Shino…

hosokawa-morihiro07

Ses formes sont classiques mais d'une grande beauté. Quasiment exemptes de motifs décoratifs, elles sont guidées par les caprices du feu !

hosokawa-morihiro10

Morihiro Hosokawa connaît la durée de cuisson à la minute près pour obtenir le noir, héritage de Chôjirô Raku, qui lui est si cher. Opération délicate, car celle-ci ne s'obtient qu'en dosant parfaitement l'épaisseur de l'argile. Son autre expertise se découvre à travers ses œuvres en grès Shigaraki dont la cuisson se poursuit pendant 7 jours et 7 nuits, alimentée constamment en bois pour conserver une température de 1200 °C, afin d'obtenir les effets étonnants qui lui sont propres.

hosokawa-morihiro02

hosokawa-morihiro08L’exposition, outre le plaisir de contempler ses outils, reconstitue le pavillon de thé Ichiyatei, situé au-dessus de son atelier. Les objets utilisés lors de la cérémonie du thé sont le point d’orgue de son œuvre. Il crée aussi bien des pots employés pour conserver les feuilles, des bols aux formes subtiles, que des mizusashi (récipients pour l’eau froide), sans oublier les « cuillères » de bambou qu’il choisit de laquer. 

C'est la céramique qui l'a mené à pratiquer l'art magnifique de la laque. Au Japon, elle permet de recoller les pièces de céramiques brisées en l'associant à de la poudre d'or. Quelques-uns des bols exposés présentent de décoratives marbrures de laque dorée ou rouge suivant les tessons ainsi recollés, qui apportent une nouvelle dimension à la pièce, la magnifiant même.

Seuls quelques rares tableaux montrent son travail de la laque, et une simple cerise ma totalement conquise !

hosokawa-morihiro01

On remarquera également au cours de l'exposition, la sensation de bien-être offerte par la scénographie mettant en valeur la statuaire de l’artiste reprenant des animaux traditionnels, des lanternes et des divinités à l’aspect si délicat qu’on les croirait venues d’un autre âge… Présentées au cœur d'un jardin de mousses et de végétaux disposé dans une des salles, elles semblent gravées dans la pierre et abandonnés là depuis des millénaires !

hosokawa-morihiro06

Une exposition qui comble, par sa diversité homogène (!) et sa qualité, tout amoureux du Japon traditionnel, émerveillé par un échange entre la maîtrise des arts du feu et celle de la poésie, dans leur plus grande et merveilleuse simplicité !

 

 

Espace des Arts MITSUKOSHI – Étoile 3, rue de Tilsitt, Paris 8e

Jusqu’au 15 mai, de 10 h à 18 h, sauf dimanche et jours fériés.

Entrée 6 euros (gratuit pour les étudiants).

Site Mitsukoshi

Repost 0
Published by Agrafe - dans Céramique
commenter cet article

Tirez La Chevillette...

  • : Agrafe et fanfreluches
  • Agrafe et fanfreluches
  • : Mes doigts fourmillent d’envies créatives à partager (couture, broderie, crochet, déco, bijoux…), je ne sais plus m’arrêter. Venez vous faire contaminer !
  • Contact

Rechercher

Archives

EXPO-VENTE

*********************

Découvrez ma boutique en ligne Âme Camélia sur ALittleMarket.

banniereamecamelia.jpg

*********************

Si vous voulez suivre les making of des créations que je destine à la vente ou mes coups de coeur, venez visiter mon autre miniblog

aylamilly.over-blog.com

*********************

 

... Et La Bobinette Cherra.