Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 20:22
Ah, là là ! Je n'ai pas encore eu le temps de finaliser les photos de tous les sujets que j'ai en cours : de la dentelle à la fourche, du kumihimo, du maedup... : je crois que mon problème est de trop me disperser ! Mais ce n'est pas de ma faute si j'adore tout... Je crois bien, malheureusement, que je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout explorer !

En attendant, je fais un petit flashback sur ma déco de table de la Fête des Mères. Elle n'est pas exceptionnelle, mais c'était l'occasion d'étrenner mes bols de papier mâché et de ressortir mes antiques essais de vernis colle. Voici, encore un sujet à aborder pour vous : car je n'ai pas souvent vu d'exemple qui y ressemble sur la blogosphère...

Je n'ai même pas de recette de cuisine à vous donner, car, prise par le temps, je n'ai pu faire que mes traditionnels rôti et brownie. Pour me consoler, je suis allée faire une orgie de livres de cuisine : car, s'il y en a qui ne savent jamais quoi se mettre, moi, je n'arrive jamais à choisir mes plats (il manque toujours un ingrédient ultra difficile à trouver !!)

Promis, je vous concocte pleins de nouveautés très rapidement !

Merci encore pour tous vos adorables compliments !!
Repost 0
Published by Agrafe - dans Décoration
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 23:24

Alors que la Fête des Mères est dans quelques heures, j’en profite pour vous montrer comment emballer vos cadeaux d’une manière peu commune dans nos contrées !

 


Si vous n’avez pas de furoshiki sous la main (cf. ici) et que vous n’avez plus le temps d’en confectionner un original (cf. ici), pensez à utiliser un beau foulard carré, que la personne aimée chérira tout autant que son contenu. Mes divers exemples varient en fonction de l’objet à emballer, il faut juste penser à choisir la taille du tissu en fonction du cadeau, et à bien arranger les plis.

 


LIVRE OU BOÎTE

Version 1. En positionnant l’objet au centre du furoshiki disposé en losange, repliez le sommet du bas sur la boîte, et, s’il dépasse, glissez le bout au dessous. Repliez le sommet du haut vers le bas.

Faites un double nœud décoratif avec les sommets latéraux.

 

Les Japonais aiment aussi repasser sous le nœud le deuxième sommet replié, avant de le reposer au dessus. L’effet est particulièrement réussi si le tissu possède de beaux motifs.

 


Version 2. En positionnant l’objet comme dans la version précédente, nouez les sommets deux par deux, une paire après l’autre avec des doubles nœuds.

 


Version 3. En positionnant l’objet au bord du sommet du haut du furoshiki en losange, enroulez-le dans le tissu en le descendant peu à peu. 

 

Arrivé presqu’au bout, repliez le sommet du bas et déposez-le sur l’objet pour qu’il ne dépasse pas. Croisez les sommets latéraux au-dessus de l’objet, puis placez-les verticalement.


Retournez le tout et nouez-les d’un double nœud de l’autre côté.

 


Version 4. Pour une boîte longue. Positionnez le furoshiki en losange, l’objet au centre, placé dans le sens de la longueur. Nouez bien serré d’un double nœud les sommets de la diagonale perpendiculaire à la boîte. Glissez l’un des sommets latéraux sous le nœud et nouez-le avec le sommet libre.

 


BOUTEILLE

Placez la bouteille au centre du tissu en losange. Nouez les sommets en diagonale avec un double nœud au bord du bouchon.

Entortillez les deux bouts restants et faites un double nœud, bien au bord, pour former une anse.


Croisez les deux sommets latéraux d’un côté et faites-les revenir de l’autre pour les nouer d’un double nœud.

 


Si vous offrez deux bouteilles, allez-voir ici.

 

Dans le cas, moins probable d’un ballon (!), d’un melon ou d’une pastèque, vous pouvez utiliser la version alternative du premier balluchon expliquée ici. Et pour les objets sans forme précise, vous pouvez faire votre choix dans mes divers autres exemples disponibles dans la catégorie Japon.

 

Sachez que le tout premier exemple de ce post est également très pratique pour regrouper de petits objets dans une valise, en leur donnant une forme rectangulaire plus facile à ranger !

Ce qui peut être utile pour l'été qui arrive…

 

Toutes ces idées, n’oubliez pas d’y penser pour les anniversaires et la fin de l’année. En attendant :

 

Bonne Fête à toutes les Mamans !!

Repost 0
Published by Agrafe - dans Furoshiki
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 20:45
Je suis toute émoustillée !! La célèbre Sandrine, grand chef de la sympathique communauté Cado'Déco, vient de me faire l'insigne honneur de reprendre mon tuto de papier maché (cf. ici et ici), pour l'assaisonner à sa sauce d'experte ! Admirez le résultat ! Quel talent !!

Si vous ne la connaissez pas encore, allez donc découvrir ses nombreuses créations impossibles à énumérer ici. C'est par-là :
http://les-creations-de-sandine.over-blog.fr/

Repost 0
Published by Agrafe - dans A découvrir
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 10:29

Si vous n’avez pas encore trouvé d’idée de carte pour remercier votre tendre Maman de toutes ses gâteries, je vous propose de suivre mes conseils pour lui en confectionner rien que pour elle !

 

C’est l’occasion d’évoquer le travail de l’embossage, du piquage et de l’application d’œillets et d’attaches parisiennes, des classiques du scrapbooking

 

Tout d’abord, j’ai découpé une jolie frise sur la largeur d’une feuille colorée A4 à l’aide d’un emporte pièce de la marque fiskars. Ces outils sont assez chers, mais je trouve qu’ils valent vraiment le sacrifice ! D’autant plus qu’ils permettent un raccord parfait. Vous pouvez aussi utiliser des ciseaux crantés spéciaux pour le scrap.

 

Sur le verso, j’ai simplement utilisé une découpeuse d’angle, sur le même principe.

 

J’ai rainuré, puis plié ma carte afin qu’elle ne masque qu’en partie un joli papier texturé assorti, de format A5. Il est plié en deux dans le sens de la largeur. Vous trouverez des équivalents dans les boutiques de loisirs créatifs. Toutefois, le mien est une création personnelle, faite à partir de pâte à papier de ma confection. Je ne manquerai pas de vous expliquer comment, le jour où je replongerai dans la patouille.

 

EMBOSSAGE PERSONNALISÉ

L’originalité de la carte tient à sa décoration. Il existe biensur des pochoirs métalliques ou en plastique prêts à l’emploi, mais j’en profite pour vous montrer comment, sans trop d’efforts, en confectionner-un au motif symétrique.

 

Pour cela, il suffit de découper un carré à la taille voulue dans un bout de papier. On le plie en quatre, puis suivant ses diagonales, pour marquer les plis. Ensuite, il faut le plier dans la diagonale, puis encore en deux pour obtenir un triangle, dont on replie les sommets une nouvelle fois, mais vers l’arrière. Le résultat est une sorte d’accordéon.

 

Sur une des faces, on trace les motifs, relativement fins. Ils ne doivent pas traverser toute la surface ! Mais peuvent perforer le milieu du papier.

On découpe soigneusement les motifs au cutter de précision.

Il ne reste plus qu’à déplier le napperon !

Vous pouvez appliquer cette technique pour fabriquer des décors pour présenter vos gâteaux, coller directement la dentelle sur une page de scrap, l’utiliser en pochoir avec des tampons pour faire un joli fond ou faire du scrap déco (peinture murale ou sur châssis), ou bien encore décorer une nappe ou un coussin avec de la peinture pour tissu. Et même utiliser le motif comme base pour une broderie !

 

Pour embosser, il faut le reporter sur un bout de carton, que l’on découpe à son tour au cutter.

 

On l’applique, ensuite, sur l’endroit de la carte, et on le maintient avec un peu de ruban adhésif.


Sur l’envers, on marque tout doucement les contours des trous avec l’outil à embosser. Pour bien les repérer, il faut utiliser une table lumineuse, ou, comme-moi, poser la carte sur une fenêtre bien éclairée.


Une fois l’opération terminée, et le pochoir retiré, la carte possède un joli gaufrage sur le devant !

 

MOTIFS EN PIQUAGE

Pour continuer dans le côté ancien, vous pouvez dessiner au crayon à papier, sans appuyer, des motifs. À l’aide d’un poinçon (ou d’une aiguille un peu épaisse), perforez légèrement le papier, tous les millimètres environ, en suivant le tracé.

 

En faisant bien attention de ne pas froisser le papier, effacer les tracés à la gomme (pensez à la gomme mie de pain qui évite les saletés !).

 

 

Il ne reste plus qu’à poser des œillets pour fixer les deux papiers ensemble. On marque les endroits à perforer avec le poinçon. Puis, en protégeant sa table avec une vieille planche de bois, on perfore les deux couches de papiers avec l’outil spécial (son embout doit correspondre à la taille de l’œillet), en donnant un bon coup de marteau. On place l’œillet sur le recto, on retourne le tout sur l’envers. Enfin, on prend l’outil à écraser, et on redonne un coup de marteau sur ce dernier pour écraser les bords et bien fixer l’embellissement.


Recommencez l’opération au bas de la carte.

 


En dernier décor, vous pouvez découper, avec des perforatrices à motifs, deux fleurs de tailles différentes que l’on superpose. Avec le poinçon, on perfore les diverses parties à assembler, avant de glisser dans l’orifice une jolie mini-attache parisienne.

 


Vous n’avez plus qu’à ajouter un billet doux dans ce joli écrin ! Je suis certaine que vous m’en direz des nouvelles !!



Repost 0
Published by Agrafe - dans Scrapbooking
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 10:48

Pour utiliser mon nouveau furoshiki (toutes les explications sont ici), j’ai commencé à photographier les diverses façons de nouer ce balluchon japonais que je connais. En voici un certain nombre pour réaliser de petits sacs pratiques, mais aussi forts jolis !

 

● La première est la plus simple : il faut juste nouer les côtés deux par deux avec un double nœud. On peut le porter tel quel,

 


Ou en faisant glisser une anse par-dessus l’autre et en la faisant tomber du bras, pour qu’il soit un peu plus fermé. Cette dernière est utile pour transporter des objets ronds, comme une pastèque ou un melon !

 


● La deuxième est basée sur le même principe, mais est nouée en diagonale.

 

● La troisième est un peu plus complexe, toutefois, l’effet final en vaut bien la peine !

Ici, il faut replier le tissu sur 1/3, puis resserrer les deux autres sommets du carré, avant de les croiser au dessus du premier pli.


Les extrémités latérales sont alors nouées avec un double nœud autour, d’une manière plus ou moins serrée (il faut pouvoir glisser des objets dans le sac).


Il ne reste plus qu’à confectionner l’anse en entortillant les sommets libres, puis en les nouant d’un double nœud, à leur extrémité.


Le sac se porte avec le nœud vers l’avant !

 

● La dernière est ma préférée : Cette fois, on noue d’un nœud simple les côtés deux par deux en serrant au maximum.


On obtient alors deux bandes de tissus de chaque côté dont on noue les extrémités d’un double nœud le plus au sommet possible.

C'est à vous de jouer !

Repost 0
Published by Agrafe - dans Furoshiki
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 01:26
Alors que je me fais plus rare sur le blog pour concocter de nouveaux pas à pas, je vous propose, pour patienter, quelques dessins de mon cru pour faire de petites broderies.



Fleurs et papillons sont les thèmes du moment. Vous trouverez les motifs en filigrane pour les décalquer facilement (dans l'album Motif), ainsi que des idées de mise en couleurs pour vous inspirer. J'espère qu'ils vous plairont !

Ceux qui préfèrent le scrapbooking peuvent aussi les imprimer pour ensuite, éventuellement, les encrer. Et pour les adeptes de la gravure sur lino, le papillon en version foncée est tout à fait approprié...







J'en profite pour préciser que j'ajoute de temps en temps, sans en parler forcément dans un post, d'autres motifs et pochoirs dans mes albums respectifs. N'hésitez pas à aller y faire un petit tour !
Repost 0
Published by Agrafe - dans Broderie
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 18:24
Je suis super contente ! Admirez le travail que Laure, fan de scrapbooking, a fait à partir de mes petits dessins de cadres noir et blanc (disponibles dans l'album "motif" ou ici). Quel talent ! (cliquez sur les images pour les voir en plus grand)

Ça fait vraiment plaisir de voir ce que vous réalisez autour de mes gribouillis et autres pas à pas ! Si, comme elle, vous tentez l'expérience, n'hésitez pas à m'en faire part... Je suis déjà si heureuse à chaque nouveau commentaire, si sympathique, que vous me laissez !

J'en profite pour vous remercier de votre gentillesse et de vos encouragements !
























































































Repost 0
Published by Agrafe - dans Scrapbooking
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 13:43

 


Depuis une dizaine d’années maintenant, j’ai le privilège de prendre des cours de sculpture et de céramique dans un atelier de la banlieue parisienne. Lorsqu’on recherche ce type de lieu, on découvre rapidement des prix exorbitants, et parfois on peut même être dans l’incapacité de cuire ses pièces.

 

 

 

 

 

L’atelier de Sorano à Vincennes permet, d’une manière progressive, de fabriquer des objets décoratifs en céramique sans utiliser de tour de potier. La première année, on débute tous de la même façon pour apprendre à élargir ou diminuer sa création, en découvrant la faïence plus facile à travailler que le grès. Ce dernier cuit à plus haute température ce qui ne pardonne pas les erreurs ! Son emploi est donc enseigné dans un second temps.

 

L’utilisation du four n’est pas du ressort des élèves, à cause des risques que cela comporte, mais, après un stage d’une ou deux journées, on peut rapidement émailler ses pièces, utiliser des oxydes, des engobes ou des peintures spéciales.

 

 

 

L’atelier possède un vaste choix de couvertes industrielles, mais aussi des créations originales de la maîtresse d’atelier Michalinka Stuart.





 


Toujours prête à vous donner de nouvelles idées pour expérimenter formes, textures et couleurs, elle ne demande en retour que concentration, calme et humilité ! On n’apprend rien en un jour, et il faut une grande patience pour obtenir la forme parfaite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Toutefois, comme tout le monde, je suis extrêmement fière de mes réalisations, qui ont décoré tout mon entourage, même si les plus anciennes ont un petit air penché !

Les photos de vases et autres pots que vous voyez ici sont les réalisations qui m’ont le plus captivées.

 

 

 

 

 



Ayant un peu de mal à venir régulièrement à cause de mon travail, je n’ai que rarement pu profiter de l’enseignement de la sculpture. Mais, jugez plutôt de la qualité des travaux des autres élèves à travers les œuvres en cours de réalisation. Nous travaillons d’après photos, en commençant toujours par un bas relief simple. Il ne faut pas être trop ambitieux, car sculpter en argile prend beaucoup de temps. On risque de se décourager à force de faire et défaire en fonction des variations de séchage et du tassement irrégulier de la terre au fil du temps. Mais le résultat en vaut vraiment la chandelle !

 

 

 













Il faut aussi être soigneux pour que la pièce puisse passer au four… Sinon, gare à l’éclatement et à l’anéantissement d’une, voire plusieurs années de labeur ! Ce malheur ne m’est arrivé que pour un vase (que j’adorais, snif !), mais voyez le résultat, alors que je tente de le réparer et de le transformer en pied de lampe : il a complètement perdu son fond…

Une fois, la pièce séchée lentement et cuite, il faut ensuite la patiner. Pour ma première sculpture, un bas relief égyptien, je suis restée dans les tons de pierres, comme si on venait de le trouver en plein désert.












Quant à la seconde, un visage de femme d’après Modigliani, j’ai choisi une faïence verte pour obtenir un bronze oxydé. Je suis loin d’égaler les élèves qui viennent ici depuis très longtemps, mais, le résultat n’est pas trop mauvais ! D’ailleurs, ma mère s’est empressée de se l’accaparer…

 

 

 

 

 

 

 

 

 


On n’est pas obligé de reproduire une sculpture préexistante : j’ai vu de très beaux masques africains, une adaptation d’un tableau de Picasso et un certain nombre de créations personnelles parmi les anciens de l’atelier. Certains, même, se lancent dans l’art difficile du portrait !

 

Le samedi, de temps en temps, Michalinka donne également des cours d’après modèle vivant qui sont vraiment intéressants pour ressentir l’anatomie en trois dimensions.

 




La période des inscriptions pour l’année prochaine débute déjà, si vous êtes de la région et que vous voulez des renseignements voici le numéro de téléphone de l’atelier de sculpture et céramique de Sorano de Vincennes (Val de Marne) :

01 43 74 73 74 (poste 110)



Si j’ai réussi à vous faire envie, peut-être nous y retrouverons-nous à la rentrée ?

Repost 0
Published by Agrafe - dans Céramique
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 23:44
Allez, cela faisait un petit moment que je n'avais pas proposé de nouvelles petites grilles à broder ou à tricoter. Pas de thématique particulière, je me suis juste laissée guider par l'enchaînement des couleurs et des motifs...


Repost 0
Published by Agrafe - dans Broderie
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 16:47

Après quelques vicissitudes, je vous dévoile enfin mon premier furoshiki perso. Ma sœur m'avait offert un lot de peintures pour tissu à effet 3D que je n'avais pas encore essayé. L'occasion était trop bonne de les tester pour recycler un vieux rideau de nylon donné par ma grand-mère.

Un furoshiki doit pouvoir trainer un peu partout sans se tâcher, et surtout se laver sans effort. Les peintures textile de Pébéo n'ont
pas besoin d'être fixées, et sont à base d'acrylique : elles devraient donc supporter une utilisation intensive. Comme il s'agit de mon premier essai, je ne peux rien garantir, mais je ne manquerai pas de vous tenir informés si elles me déçoivent !

Tout d'abord, j'ai découpé un
carré dans le rideau en mesurant le côté au pif, simplement en étendant mes bras au maximum (de cette manière, il sera de grande taille, mais je pourrais le plier toute seule et sans effort !).
Pour le découper sans peine, j'ai fait une entaille aux ciseaux sur la longueur du tissu à la distance voulue et je l'ai déchiré sur toute la largeur. Si votre tissu ne se découpe pas droit avec cette manière, tracez un trait perpendiculairement au côté et découpez-le soigneusement.
Pour définir le carré, il suffit de plier le morceau obtenu en triangle et de découper l'autre côté en suivant le bord.

Il faudra un certain
temps de séchage (une nuit environ), vous devez donc posséder une grande table dont vous n'aurez pas besoin pendant ce temps et la recouvrir d'un grand plastique protecteur pour ne pas la tâcher.
Je n'ai pas cette chance, et comme j'adore faire de la
peinture sur soie, j'en ai profité pour utiliser l'un de mes supports destinés à cette technique... Non, non, si vous êtres comme moi, ne baissez pas les bras ! Je vais vous expliquer comment, pour moins de 7 euros, confectionner un support honorable : j'ai horreur de gaspiller !
Tout d'abord, vous vous précipitez dans un magasin de bricolage pour acheter un
long tasseau en bois d'environ 2 cm de section. Avec une scie (ou en faisant les yeux doux au vendeur !), coupez deux segments de la taille de votre tissu, puis deux autres de cette taille moins 4 cm. Les 4 cm correspondent aux 2 x 2 cm de la section. Avec une visseuse électrique, fixez les segments entre eux pour former un carré parfait.


Cette taille est idéale pour ce furoshiki, mais, à moins que vous ne vous lanciez dans une grande série, je vous conseille plutôt de confectionner un cadre d'une taille plus réduite pour que vous puissiez le réutiliser. Par exemple, de la taille d'un foulard de soie standard, d'une taie d'oreiller ou d'un coussin, si vous souhaitez utiliser diverses techniques de peinture sur tissu. Comme dans mon exemple, il suffit de déplacer peu à peu le tissu, au fur et à mesure de sa décoration. Le seul inconveignant est qu'il faut attendre pour le séchage de chaque partie.

Pour fixer le tissu, j'utilise de simples
punaises, mais elles doivent être neuves ou parfaitement propres ! Les trous se rebouchent en frottant le tissu. Faites simplement attention à ne pas l'endommager s'il s'agit de jersey pour ne pas le voir filer ! Placez-en quatre par côté au minimum.

Maintenant, vous pouvez vous mettre à l'ouvrage ! Le
dessin que je vous propose est aléatoire. Il s'agit juste d'une idée générale à décliner selon ses envies et les aléas de l'application de la peinture.


Malgré tous mes efforts, je n'ai jamais réussi à éviter les bulles d'air dans les tubes, et des "explosions" régulières ont parsemé mes tracés.

Qu'à cela ne tienne, un peu d'astuce et de superpositions de couleurs et les défauts sont masqués ! Mon seul conseil est de bien agiter le tube, la pointe vers le bas, pour faire descendre la peinture, avant de commencer à appliquer, sans arrêter d'appuyer jusqu'au bout du motif (pétale, étamine...). De plus, avant de vous lancer pour la première fois, essayez d'abord sur un petit bout de papier, pour ne pas vous retrouver avec un horrible pâté !

À titre d'exemple, ma première fleur a été dessinée en marquant son contour puis j'ai appliqué de la peinture dans chaque pétale grossièrement. Pour les unifier, j'ai utilisé un
gros pinceau brosse souple et dont les poils restent bien solidaires pour, d'un large geste et sans interruption, suivre le contour du pétale. J'ai ensuite dessiné le cœur pour masquer les raccords de pinceau.


Les autres fleurs sont soit dessinées en simple contour, soit peintes avec des mouvements circulaires. On peut également les peindre en prenant de petites quantités de peinture sur une palette, mais attention à bien étaler !

Dernier conseil : si vous observez les techniques de pliage des furoshiki, vous remarquerez que les sommets du carré sont très souvent noués. Je vous conseille donc de ne décorer votre tissu qu'en diagonale, comme sur la photo finale, tout en n'allant pas jusqu'au bord !

Une fois votre œuvre
sèche, il va bien falloir la border pour ne pas qu'elle s'effiloche. Pour les plus pressées, vous pouvez découper le bord avec soin et y appliquer une bonne couche de peinture qui collera les fils du tissu. Pour les autres, rendez-vous dans mon futur premier post de couture pour débutants, où vous allez apprendre à border un tissu, ce qui vous permettra de confectionner nappes, chemins de table, serviettes et autres foulards...

Repost 0
Published by Agrafe - dans Customisation
commenter cet article

Tirez La Chevillette...

  • : Agrafe et fanfreluches
  • Agrafe et fanfreluches
  • : Mes doigts fourmillent d’envies créatives à partager (couture, broderie, crochet, déco, bijoux…), je ne sais plus m’arrêter. Venez vous faire contaminer !
  • Contact

Rechercher

Archives

EXPO-VENTE

*********************

Découvrez ma boutique en ligne Âme Camélia sur ALittleMarket.

banniereamecamelia.jpg

*********************

Si vous voulez suivre les making of des créations que je destine à la vente ou mes coups de coeur, venez visiter mon autre miniblog

aylamilly.over-blog.com

*********************

 

... Et La Bobinette Cherra.