Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 14:29


Alors que nombre de personne restent attachées à un style bien précis, j’ai la fâcheuse manie de craquer pour la diversité. Mon rêve serait de posséder une maison gigantesque dans laquelle chaque pièce permettrait de pénétrer dans un autre pays ou une autre époque…

 

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai totalement adhéré au macramé et son aspect ethnique, primitif et naturel. Toutefois, il ne faut surtout pas le cantonner à ce genre, car, grâce aux nombreux fils dont nous disposons à l’heure actuelle, la technique permet des merveilles, aussi modernes que possible. Que ce soit en matière de bijoux, de décoration ou même de vêtement. À ce propos, j’ai souvenir d’un superbe défilé de Delacroix qui avait demandé à une spécialiste de confectionner un bustier en macramé qui m’avait fortement marqué. Un jour j’essaierai…

 



Le macramé est une technique d’enchaînement de nœuds qui permettent un tissage qui peut-être très régulier (pour une assise de chaise, un hamac, un sac filet…), ou former une dentelle complexe, malgré des nœuds relativement peu variés.

 

Pour débuter, il faut se confectionner un plateau de travail dans lequel piquer les épingles qui maintiendront les fils porteur et conducteurs.

Je suis pour la récup’ et la facilité de transport : j’aime travailler au jardin ou sur la plage sans avoir à trimballer un attirail digne des commandos de para !

Pour réaliser le plateau, il faut assembler deux plaques de carton ondulé dans un format correspondant à l’ouvrage choisi. On les maintient ensemble avec un large ruban de masquage pour peintre.

 

Il existe 2 types de plateau suivant le travail que l’on souhaite réaliser.

 

Dans le cas d’un ouvrage à plat (rideau, bijou, décors de coussin…), il doit être plus large que le travail, afin de fixer avec des épingles les deux extrémités du fil porteur sur lequel l’ouvrage débute.

 

Dans le cas d’un ouvrage « circulaire » (comme un sac), il doit être de la largeur exacte de l’objet fini. Dans ce cas, je préfère assembler davantage de cartons pour facilement figurer la largeur du sac. C’est ce dernier cas que je vous propose de découvrir dans mon premier exemple. À suivre dans mes prochains posts.

 

Il est tout à fait possible de ne pas utiliser de plateau et de travailler directement sur le support choisi. Par exemple sur une carcasse d’abat-jour qui sera décorée par une dentelle de coton écru en macramé.

Ou bien en maintenant une extrémité de l’ouvrage sur une poignée de porte lorsque l’on confectionne une cordelette ou une fine ceinture avec une succession de demi-nœuds plats / carrés ou de chaîne.

 

Partager cet article

Repost 1
Published by Agrafe - dans noeuds macramé
commenter cet article

commentaires

Chantal 15/06/2010 23:53


Pas de problème si ça prend du temps ce n'est pas grave. C'est déjà bien gentil de passer du temps pour me rendre service. Alors encore merci et je patiente donc.
Bon courage
Cordialement


Chantal 29/05/2010 00:31


Bonsoir,
Merci pour votre réponse si rapide. C'est vraiment très gentil de votre part de prendre du temps pour m'aider.
Je vous souhaite un très bon week-end


Agrafe 11/06/2010 22:34



Bonsoir Chantal !


Pardon de mettre tant de temps, mais dans mes livres je n'ai pu lire que la proposition de coller le dernier nœud avant de couper l'excédent de fil, voire de repasser les fils dans le sens
inverse (ce qui n'est pas une mince afffaire si on a bien serré !). le premier cas me semble valable uniquement pour des objets comme des abat-jours par exemple. Alors je me suis lancée dans un
essai perso pour montrer un exemple plus intéressant, mais c'est plus long que prévu… Je ne vous ai pas oubliée pour autant, même si cela risque d'arriver bien tard ! Passez un agréable week-end
!



Chantal 28/05/2010 19:11


Bonjour,
Très sympa ce blog, et j'aurais besoins de vos lumières. Comment faire pour terminer un ouvrage en cercle sans faire de franche, car bêtement je fini par le haut de l'ouvrage. Merci beaucoup pour
vos conseils à venir


Agrafe 28/05/2010 23:40



Ah, ah ! C'est embêtant… je vais regarder dans mes livres si on trouve des astuces. Ou bien je me creuserai les méninges, il faudrait peut-être les tresser comme en vannerie, ou les repasser dans
le sens inverse… Je vous recontacterai la semaine prochaine. À bientôt



labarre paola 23/04/2010 22:55


je vous remercie pour toutes ces explications qui me sont très instructives pour parvenir à mon but (ce sera asser long comme travail ,puisqu'il s'agit de 2 toits pour lits superpposés et leurs
contour mais je suis sure que le resultats sera super )encore merci a bientot


Agrafe 01/05/2010 17:23



Oh la la ! C'est sur que ça va être conséquent ! Il faudra m'envoyer une photo, je suis déjà toute impressionnée ! S'il y a le moindre souci, il ne faudra pas hésiter à m'en parler :)


Bon travail  et bon w-e du premier mai !



labarre paola 22/04/2010 09:39


bonjour, je trouve vraiment super cette technique du macramé et d'après les explications que vous donner cela parait asser simple à confectionner,je souhaiterais faire un toit façon jungle,crusoé
pour le lit de mes enfants et je pense que le macramé serais idéal mais la surface est grande auriez-vous un conseil pour moi merci


Agrafe 23/04/2010 21:58



Il suffit de reprendre la résille de nœuds que j'ai utilisée pour le mini hamac. Comme il s'agit d'un toit, les trous peuvent êtres larges (15 à 20 cm entre chaque), ce qui économisera de la
ficelle. Je pense qu'il suffit juste de fixer ses fils espacés régullièrement sur une corde de la largeur du toit, à laquelle on fait de gros nœuds à chaque extrémités pour tout bloquer (on peut
aussi mettre des anneaux à rideaux à la place). Avant de faire ces nœuds, je fixerais solidement chaque bout à une chaise. je les écarterais au maximum pour tendre la ficelle de support (avec
peut-être une bonne paire de fesses sur chacune ;)). Puis, je fixerais les fils de travail avec des têtes d'alouette dessus. Seuls le premier fil et le dernier ont besoin d'être solidaires de la
première corde pour que le toit garde bien sa largeur. Ensuite, on fait la résille jusqu'au bout, puis on y fixe une seconde corde identique à la première avec des doubles nœuds : ils n'ont pas
besoin d'être très solides car ce n'est pas un trampoline ! En revanche, je ne saurais pas vraiment estimer quelle longueur de corde est nécessaire : par prudence, je doublerais la longueur, mais
tout dépend du budget (dans l'idéal, il faudrait faire un échantillon à taille réelle : même grosseur de corde + choix de l'espacement souhaité, pour voir combien on utilise de corde pour faire
50 cm2 à 1 m2). Désolée de ne pas pouvoir être plus précise ! En tout cas l'idée est vraiment bonne…
Bon macramé et bon amusement pour les naufragés !



Tirez La Chevillette...

  • : Agrafe et fanfreluches
  • Agrafe et fanfreluches
  • : Mes doigts fourmillent d’envies créatives à partager (couture, broderie, crochet, déco, bijoux…), je ne sais plus m’arrêter. Venez vous faire contaminer !
  • Contact

Rechercher

Archives

EXPO-VENTE

*********************

Découvrez ma boutique en ligne Âme Camélia sur ALittleMarket.

banniereamecamelia.jpg

*********************

Si vous voulez suivre les making of des créations que je destine à la vente ou mes coups de coeur, venez visiter mon autre miniblog

aylamilly.over-blog.com

*********************

 

... Et La Bobinette Cherra.